Yannick Boubée, maire d'Aureilhan (Tarbesinfo Images, Archives).

La maison Pomès va retrouver l’odeur des cahiers de classes neufs dès le mois de septembre prochain. Les 140 enfants de l’école Lamartine d’Aureilhan y feront leur rentrée scolaire, en attendant de retrouver leurs locaux habituels dès le mois de janvier 2012. Si la municipalité d’Aureilhan a choisi de remettre des classes dans ce bâtiment occupé par le centre de loisirs, c’est parce que les travaux de rénovation de Lamartine vont durer plus longtemps que prévu.

Habituellement, les rénovations d’écoles se feront durant l’été. Hormis la rénovation en profondeur de l’école Marcel-Pagnol qui avait déjà conduit les enfants à utiliser la Maison Pomès durant quelques mois, les travaux durent le temps d’un été, pour que les enfants retrouvent leurs habitudes scolaires dès le mois de septembre. Mais alors que le chantier avançait bien, il a du être interrompu le 27 juillet dernier. Les sols en vinyls du bâtiment contiennent des dalles d’amiante, comme la plupart des bâtiments publics et locatifs construits dans les années 60. La première solution envisagée par la municipalité visait à étanchéifier le sol. Mais un incident oblige désormais à retirer ce sol en vinyls. Hors, du fait de la présence d’amiante, les démarches administratives et techniques ralentissent le chantier. Un retard de quatre mois est envisagé par la municipalité.

Une solution a donc été trouvée en transférant cinq des six classes de l’école Lamartine vers la Maison Pomès. La sixième classe sera installée à l’école Joliot-Curie, tandis que le centre de loisirs reprendra place à l’Ecla. Le tout en concertation étroite avec l’Inspection d’académie, les directeurs d’école et le président de la MJC (qui gère pour la mairie les centres de loisirs). S’il ne s’agit que d’un contre-temps, cela va perturber les habitudes des enfants. Mais la contre partie, c’est une école entièrement rénovée, du sol au plafond, pour le mois de janvier. Avec notamment une isolation phonique, qui permettra aux enfants comme aux enseignants, de ne plus entendre le bruit incessant des camions et des voitures qui passent sous leurs fenêtres, à raison de 12 000 véhicules par jour.

Tarbesinfo, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>