Yannick Boubée, Pierre Dussert et Jean Glavany sèment de nouvelles graines dans le jardin de la laïcité (Tarbesinfo Images).

Le 9 décembre 1905, sous l’impulsion du député socialiste Aristide Briand, la société française entrait dans l’ère de la laïcité à travers la promulgation de la loi sur la séparation des Eglises et de l’Etat. Plus de 100 ans après sa consécration, cette valeur fondatrice de la République semble aujourd’hui mise en à mal par les revendications culturelles et religieuses d’ordre identitaire. A Aureilhan, des élus viennent de nous livrer une illustration concrète de leur volonté commune d’agir pour la sauvegarde de ce principe essentiel.

Grâce à l’initiative de l’Office Public de l’Habitat des Hautes-Pyrénées (OPH65), présidée par Maryse Beyrié, la ville d’Aureilhan peut se targuer d’être la première commune du département à se doter d’un arbre de la laïcité. Visible depuis la rue du 11 novembre, un châtaignier prélevé sur les coteaux d’Aureilhan vient d’être planté aux portes de la résidence Les Chardons Bleus. Il représente symboliquement la volonté des élus locaux de préserver une valeur forte « et d’avenir » qui s’inscrit « dans le respect des autres quelles que soient leurs croyances » selon les propres termes de Yannick Boubée, maire d’Aureilhan et vice-président de l’OPH 65.

Dans ce moment symbolique, Jean Glavany a souhaité revenir aux origines de cette valeur républicaine. « En 1905, il était de tradition de planter des arbres de la laïcité, les anciens députés avaient pris cette décision fondamentale ». Puis le député et administrateur de l’OPH 65 de rappeler le principe même de la laïcité, à savoir la nécessité de permettre aux hommes et aux femmes « de vivre ensemble dans la République, dans le respect de leurs différences ».

Aux côtés de Yannick Boubée et de Pierre Dussert, vice-président du Conseil Général des Hautes-Pyrénées, Jean Glavany a ensuite rassuré sur « la vigilance des républicains dans l’âme et dans la citoyenneté » de préserver ce « bien précieux » qu’est le bien vivre ensemble « continuellement remis en cause ».

Au-delà de la présence de cet élément protecteur de la vertu (par les piquants de la châtaigne) que constitue cet arbre de la laïcité, la résidence Les Chardons Bleus s’intègre parfaitement dans une dimension de mixité sociale compatible avec les valeurs de laïcité, de fraternité et de vie en communauté au-delà des frontières idéologiques, politiques et religieuses. En effet, cette résidence dispose de 33 logements, de types 4 et 2 sous le mode locatif, dont la construction a été achevée en avril 2010. En outre, comme le précise l’architecte Francis Clédat, une partie des terrains est réservée pour de la construction libre. Ces 11 lots en accession à la propriété (maisons individuelles) devraient être livrés dans leur totalité dans six mois environ. Un délai qui laisse augurer d’une inauguration festive et chaleureuse pour le début de l’été 2011.

Tarbesinfo, Rémy Trouches.

0 Commentaire

  1. Félicitations et remerciements du coordonnateur national. Cette entreprise militante est contagieuse, grâce à votre exemple…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>