Séance du conseil municipal de Tarbes consacré au budget 2013 ce lundi soir (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Exercice obligatoire en fin d’année, le budget 2013 a été présenté aux conseillers municipaux de Tarbes ce lundi 17 décembre 2012. Dans un contexte de difficultés financières nationales, ce budget se veut une nouvelle fois ambitieux tant dans les investissements que dans l’imposition des taxes locales.

Comme pressenti lors du débat d’orientations budgétaires, c’est bien une stagnation de la part municipale des taxes locales qui a été soumise au vote des élus. Si cela ne veut pas dire que la taxe d’habitation et la taxe foncière n’augmenteront pas l’an prochain, le prélèvement effectué par la mairie de Tarbes restera stable.

Au total, les taxes locales rapporteront l’an prochain 25 millions d’euros au budget de la ville de Tarbes, sur un budget total de fonctionnement de 62 millions d’euros. La moitié est consacrée à la masse salariale, qui restera stable en 2013. Par contre, la part de la contribution de l’Etat est en nette baisse, puisqu’elle fond de près de la moitié par rapport à 2012.

Côté investissement, 23,6 millions seront dépensés par la Ville de Tarbes en 2013, dont 7,6 millions d’euros en emprunt et 11 millions d’euros en autofinancement. Hors remboursement de la dette, ce sont 15 millions d’euros qui seront investis dans la ville. Parmi les grands projets en cours ou prévus : la Halle Brauhauban (1 million), la troisième tranche de la place Marcadieu (900 000 euros), le quartier de l’Arsenal (1,3 millions), le quartier Nord (225 000), l’avenue d’Azereix (350 000), la rue Georges-Lassalles (435 000), le stade Maurice-Trélut (500 000), le Parc des expositions (134 000), mais aussi les trottoirs et les routes (2,3 millions)…

Lors des débats, la conseillère municipale Front de Gauche Marie-Pierre Vieu a rappelé sa volonté de mieux financer le volet social à destination des Tarbais. « Pour nous, les choix principaux se font sur la protection des populations. On refait la proposition d’une ligne de protection immédiate de 350 000 euros. Elle pourrait servir à la caisse des écoles pour mettre en place un prix plancher du ticket repas à 0,50 euro, contre 1 euro actuellement ; à une aide pour le CCAS fléché sur les repas ou une caution logement ; et un fond d’urgence utilisable pour les associations caritatives. » Pour financer cela, Marie-Pierre Vieu propose de planifier sur un plus long terme certains investissements et le remboursement de la dette, et diminuer l’enveloppe des travaux de proximité.

« La ville de Tarbes investit 7 millions d’euros dans le social. Quand on crée l’épicerie sociale, on n’a pas été très encouragé… Elle nous coûte plus de 350 000 euros. On a également mis en place le micro crédit pour les personnes en difficulté. Si demain les 7 millions d’euros ne sont pas suffisants, on augmentera ce budget », répond Gérard Trémège.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>