Autour du binôme Front de Gauche pour Tarbes 1 Hervé Charles et Marie-Pierre Vieu, les remplaçants Charlotte Mauries et Vincent Ricarrère (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Autour du binôme Front de Gauche pour Tarbes 1 Hervé Charles et Marie-Pierre Vieu, les remplaçants Charlotte Mauries et Vincent Ricarrère (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

C’est un binôme plein d’enthousiasme qui s’est lancé dans la campagne électorale pour les Départementales sur le canton 1 de Tarbes. Marie-Pierre Vieu et Hervé Charles veulent porter les valeurs d’une autre gauche, celles du Front de Gauche. Pour les soutenir, Charlotte Mauries et Vincent Ricarrère sont des remplaçants actifs dans une campagne urbaine qui s’annonce courte mais dense.

Avec cette candidature, la conseillère municipale d’opposition à Tarbes veut poursuivre l’élan débuté durant la campagne des élections municipales. « C’est le prolongement de Tarbes Citoyenne [nom de la liste Front de Gauche aux Municipales de 2014, NDLR]. On veut ancrer une équipe dans la durée sur Tarbes », explique Marie-Pierre Vieu ; précisant au passage qu’elle ne sera pas candidate aux élections Régionales de décembre. « Deux mandats, c’est suffisant ! »

A ses côtés, son binôme est un militant actif du Parti Communiste et du Front de Gauche. A 41 ans, Hervé Charles est enseignant à l’école de La Sendère à Tarbes. Avec eux, un éducateur spécialisé et une professeur des écoles qui connaissent bien ce vaste canton très ancré à gauche.

La politique nationale fera parti des grands débats développés par les candidats Front de Gauche durant cette campagne. « C’est une campagne politique, même si la population est nombreuse à rejeter la politique. Nous voulons mobiliser l’électorat de gauche pour leur montrer qu’on est à un moment charnière ; nous sommes confrontés à un gouvernement minoritaire au sein de la gauche. Nous appelons la population à réfléchir avant de voter », détaille Marie-Pierre Vieu.

Une politique nationale qui a des répercussions sur le fonctionnement des collectivités, comme le Conseil Général (futur Conseil Départemental) avec des dotations en baisse. « Nous voulons proposer une autre politique de gauche, contre l’austérité. Ces mesures, c’est 8 millions d’euros de moins pour le Conseil Général. C’est moins pour les villages, le social, la culture, les quartiers… pour les gens en général. »

Les deux candidats Front de Gauche entendent bien être élus au soir du 29 mars prochain afin de « créer un rapport de force et répondre aux besoins des gens ». Pour cela, ils comptent s’appuyer sur leur programme, mais aussi sur l’histoire de ce « nouveau » canton où Raymond Erraçarret (ancien maire PCF de Tarbes) avait été élu de 1988 à 2001, tout comme Jean Vieu (de 1976 à 1994).

En attendant, la campagne passera par des rencontres chez les habitants, mais aussi à l’occasion de trois réunions publiques le vendredi 13 mars à 18h30 au Buffet de la Gare, le samedi 14 mars à 10h30 à l’Esplanade de Laubadère et le jeudi 19 mars à 18h30 au bar Le Castillet.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>