Gérard Trémège garde le cap de son 3e mandat. En attendant 2020... (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Gérard Trémège garde le cap de son 3e mandat. En attendant 2020… (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

La rentrée scolaire est l’occasion aussi de faire le point sur les chantiers en cours dans les municipalités. C’est le cas de Gérard Trémège, le maire de Tarbes, ce mercredi 6 septembre 2017. Mais trois ans après sa réélection, le maire de Tarbes a aussi souhaité faire un bilan à mi-mandat.

«75% des projets annoncés en 2014 [dans le programme électoral, NDLR] ont été réalisés. Et c’est sans compter ce qui s’est fait en plus», explique en préambule Gérard Trémège. Avec un chiffre : 55,2 millions d’euros investis par la municipalité de Tarbes en trois dans l’économie locale et départementale.

Le quartier de l’Arsenal est l’un des symboles des réalisations municipales de ces dernières années. «Le site était une friche il y a dix ans. Aujourd’hui, 900 personnes y travaillent», rappelle le maire de Tarbes. D’autres projets sont en cours de développement comme le bâtiment 313 qui pourrait devenir une Halle des sports. Après l’abandon du projet par le Grand Tarbes il y a deux ans (malgré un vote à l’unanimité avant 2014), la nouvelle agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées devrait relancer les études. Sur le bâtiment 111 (face aux Archives municipales), un projet sera là aussi présenté. «Devant l’impossibilité d’aboutir avec le Conseil Départemental [qui devait y installer ses Archives Départementales, NDLR], l’agglomération se dirige vers un nouveau projet de médiathèque. Une étude lancée par le Grand Tarbes sur les différents sites pour son transfert, a proposé le bâtiment 111», explique le maire de Tarbes.

Le Haras national est l’autre grand projet de cette mandature. Les travaux de rénovation du manège, pour 900 000 euros, vont bientôt débuter, et une étude sur la réalisation de bâtiments structures sur le site sera lancée. Une des écuries pourrait devenir un lieu d’exposition, tandis que l’ancienne maison du directeur est promise à un avenir gastronomique. «On a deux candidats sérieux».

Ces trois dernières années ont permis aussi à des axes importants de la cité bigourdane d’être rénovés. C’est le cas de l’avenue d’Azereix, de la rie Pierre Cohou, de l’avenue de la Marne ou encore de la rue Georges-Lassalles. Mais aussi la place Marcadieu, et la place du Foirail dont la seconde tranche de rénovation est déjà programmée.

La sécurité et la solidarité ont fait aussi l’objet d’efforts financiers. Le réseau de caméras de vidéo surveillance sera rénové dans les prochains mois, pour être modernisé. Modernisation aussi pour le Parc des expositions qui a vu sa fréquentation bondir en 2016, avec 265 000 visiteurs pour les différentes manifestations.

Le magazine municipal, distribué dans les boîtes aux lettres des Tarbais, reviendra sur le bilan complet à mi-mandat de l’équipe municipale.

Si Gérard Trémège dresse le bilan, ce n’est pas pour autant qu’il ne pense pas à l’avenir. «Si j’avais voulu arrêter ma carrière politique, j’aurais pu me présenter aux élections Sénatoriales. Mais je suis dans l’action à la mairie et dans l’agglomération», commente Gérard Trémège. Et l’avenir passera par la poursuite des actions en cours, mais aussi la relance de l’association Tarbes 2014, devenue récemment Tarbes 2020…

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>