Yannick Boubée, entouré des maires et conseillers communautaires de gauche, a présenté son programme pour le Grand Tarbes (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Yannick Boubée, entouré des maires et conseillers communautaires de gauche, a présenté son programme pour le Grand Tarbes (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Mardi prochain aura lieu l’élection du président de la communauté d’agglomération du grand Tarbes. Si le président sortant Gérard Trémège (maire de Tarbes) devrait être candidat à sa succession, les élus de gauche ont décidé de se ranger derrière la candidature du maire d’Aurielhan, Yannick Boubée. « Lors des élections municipales, il y a eu 12 535 voix pour les candidats de droite, et 18 875 voix pour les candidats de gauche et la liste de Pierre Lagonelle. Trois communes sont à droite (Tarbes, Bordères/Echez et Laloubère) soit 24 conseillers communautaires, 12 communes sont à gauche, soit 26 conseillers communautaires, plus un non inscrit avec Pierre Lagonelle, dont je savais depuis trois mois qu’il travaillerait avec nous. Soit 27 conseillers pour une nouvelle gouvernance », explique Yannick Boubée en début de conférence de presse.

Autour de lui, les maires et conseillers municipaux PS, PRG, Front de Gauche et non inscrits réunis pour présenter le programme qu’appliqueront les élus de gauche s’ils remportent mardi la présidence du Grand Tarbes. « Nous sommes unis autour d’un projet qui nous a fédéré. Les six années qui viennent doivent être utiles. »

Utiles en matière de développement économique, car il s’agit de l’une des priorités de ce premier programme communautaire. « Nous voulons créer de l’emploi. Tarbes est la ville préfecture qui est la plus en souffrance, avec 20 % de chômage. Nous voulons donner de l’emploi à nos concitoyens », précise Yannick Boubée. Pour cela, il souhaite remplir les zones d’activités et recréer un service économique « structuré et efficient pour commercialiser les zones d’activités dont le foncier est porté par la trésorerie du Grand Tarbes ». Le Parc de l’Adour (Séméac Soues) autour de l’installation de l’hypermarché Auchan, le Parc des Pyrénées (Ibos) avec la troisième tranche, l’EcoParc et la zone artisanale d’Orleix. « Nous devons également renforcer les partenariats avec d’autres intercommunalités, comme Ossun, Lourdes et Pau ».

Autre compétence majeure du Grand Tarbes, les transports. Pour améliorer leur desserte, Yannick Boubée veut relancer le projet de gare multimodale, installée sur la zone de la Gare SNCF de Tarbes, pour y rassembler tous les moyens de transports. De même, les élus de gauche veulent arriver vers une gratuité des transports, dans un délai de six à dix ans.

Parmi les projets de la prochaine mandature, de nouvelles compétences pourraient être transférées, comme l’eau et l’assainissements (« il faut tendre vers une mutualisation des réseaux et créer un tarif social et différencié »), mais aussi la petite enfance avec « le développement des équipements adaptés aux besoins des familles ». Deux transferts qui auront besoin de l’accord de toutes les municipalités pour être actées.

Enfin, la gouvernance changera de style. « Si elle avait été si harmonieuse et si fluide, vous n’en seriez pas à compter les rapports de force. Avec nous, la gouvernance sera respectueuse de toutes les forces politiques. Elle intègrera toutes les communes dans le bureau municipal. »

Entre Marie-Pierre Vieu, Pierre Lagonelle, Jean-Christophe Pédeboy et Michèle Pham, Yannick Boubée a voulu rassembler « une équipe volontaire et riche de sa diversité. Nous serons respectueusx de nos valeurs et nous travaillerons ensemble », conclut le maire d’Aureilhan.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>