Michel Pélieu a présenté les orientations budgétaires pour le Conseil Général des Hautes-Pyrénées en 2014 (Pyrénéesinfo, Eric BENTAHAR).

Michel Pélieu a présenté les orientations budgétaires pour le Conseil Général des Hautes-Pyrénées en 2014 (Pyrénéesinfo, Eric BENTAHAR).

Poursuivre la maîtrise des dépenses, défendre l’investissement dans l’économie locale tout en maintenant la dette du Département, ce sont les trois objectifs du président du Conseil Général des Hautes-Pyrénées, Michel Pélieu, à l’occasion de la présentation du Débat d’orientations budgétaires pour 2014.

Avec une politique d’investissement de 60 millions d’euros en 2014, le Département veut poursuivre les efforts entrepris dans la rénovation des strutures publiques (routes, collèges, bâtiments…) autant que dans les politiques de soutien aux collectivités locales (à travers le FAR et le FEU) afin de favoriser l’emploi et l’économie locale. « C’est un des moteurs essentiel de l’économie », explique Michel Pélieu. Mais face à ce maintien à un haut niveau de l’investissement départemental, le président du Conseil Général veut poursuivre la maîtrise des dépenses de fonctionnement. « Cela passe d’abord par la masse salariale. On reste sur une gestion du personnel à effectif constant. Les autres dépenses de fonctionnement devraient connaître une stabilité, voire une légère baisse. » Pour cela, une meilleure gestion des bâtiments publics sur Tarbes et sur tout le territoire. A l’image de la maison de l’enfance de Saint-Pé et la maison de la famille de Tarbes qui seront regroupées sur une même structure à Tarbes, permettant de réaliser 300 000 euros d’économies annuelles.

Car d’autres dépenses poursuivent leur progression. La politique sociale en faveur des personnes en insertion (RSA), des personnes âgées (APA) et des personnes en situation de handicap continue de voir son poids financier augmenter. Le coût augmentera de cinq millions d’euros en 2014.

Dans ce contexte, les taxes d’impositions directes devraient rester stable, pour la part du Département (comme de nombreuses collectivités l’ont déjà votées). Le poids de la dette sera aussi stable, avec un emrpunt limité à 15 millions d’euros cette année, réalisé en fonction des besoins budgétaires.

Enfin, la bonne nouvelle du budget 2014 sera la recette exceptionnelle de 16,9 millions d’euros, accordée par l’Etat dans le cadre du pacte de confiance et de responsabilité voulu par François Hollande. Une recette permettant de compenser une partie du surcoût liée aux aides sociales, mais qui restera limitée dans le temps. Cette année, elle permettra de boucler un budget mis à mal par les baisses de dotations publiques et la hausse des charges constantes. Sans cette aide nationale, le budget du Département aurait été déficitaire, entraînant une hausse des impôts locaux.

Pyrénéesinfo, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>