Jacques Béhague a écarté toute idée de démission (Pyrénéesinfo Images).

Depuis vendredi soir, la toile nationale et locale est agitée par un article relayée par le blog de Jacques Béhague. Un article publié sur un site internet extérieur, et mis en ligne sur le blog du conseiller général UMP de Luz-Saint-Sauveur le 8 mars dernier. Dans ce texte, François Hollande est comparé à Adolf Hitler, le « sort » des riches à celui des juifs sous l’occupation. Un rapprochement qui a fait bondir tous les élus, de droite comme de gauche, dans les Hautes-Pyrénées, mais aussi jusqu’aux plus hautes instances des partis politiques en France.

Mercredi matin, le président PRG du Conseil Général des Hautes-Pyrénées demandait à son vice-président UMP de s’expliquer devant la presse et de donner un signe : démissionner de son poste de vice-président.

Pour les explications, Jacques Béhague les a données. Devant la presse des Hautes-Pyrénées, le conseiller général UMP a tout d’abord lu un texte avant de le commenter. Un texte où il « accuse la presse de mener une calomnie contre mois avec l’appui de beaucoup d’élus de gauche de tout bord, et même de droite, suite à une mauvaise information sur le billet qui se trouvait sur mon blog ». Rappelant qu’il n’a pas écrit ce billet relayé sur son blog, et qu’il ne le cautionne pas, Jacques Béhague explique qu’i s’agit d’une « grosse faute de mon webmaster qui a trahi ma confiance en mettant ce billet sans que je l’ai validé ».

En clair, le blog politique de Jacques Béhague est administré par un webmaster qui, selon l’élu, met en ligne les informations sans qu’elles soient validées auparavant. Jacques Béhague met en avant également le fait qu’il ne consulte pas son blog. C’est ainsi que ce texte comparant le candidat socialiste au chef nazi est resté en ligne une semaine avant que le conseiller général UMP n’en soit informé… par l’AFP. « Mon webmaster est entièrement responsable de cette parution sur mon blog où il n’en a pas mesuré les effets négatifs et les réactions en chaîne auxquelles je dois faire face, et qui seraient légitimes si j’en étais l’auteur. »

Responsable, mais pas coupable. Si Jacques Béhague est, de fait, le responsable éditorial de son site politique, sa seule faute aurait donc été de faire trop confiance à son webmaster. Mais dans la polémique, l’élu UMP y voit aussi une lutte politique. « Il y  un règlement de compte entre les socialistes et les radicaux par rapport à mes élections de 2001 et 2008, et plus récemment en 2011 lors de mon vote pour la présidence du Conseil Général où j’ai fait un choix clair que j’ai complètement assumé. »

Jacques Béhague en tire donc la conclusion qu’il ne doit pas démissionner de son poste de conseiller général de Luz-Saint-Sauveur, ni de son poste de vice-président du Conseil Général des Hautes-Pyrénées.

Les débats de ce vendredi 16 mars 2012 au Conseil Général à Tarbes risquent d’être animés.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>