Patrick Demougeot, inspecteur d'académie des Hautes-Pyrénées (Pyrénéesinfo Tarbes Images).

C’est durant la deuxième quinzaine de février que l’inspecteur d’académie des Hautes-Pyrénées arrêtera définitivement le nom des dix-sept classes qui seront fermées à la prochaine rentrée scolaire. En attendant, les discussions se poursuivent avec les élus, les représentants de parents d’élèves et les syndicats. Un travail au quotidien pour l’inspecteur d’académie contraint par le Ministère de l’Education nationale de rendre douze postes, plus en trouver cinq autres afin d’assurer les cinq ouvertures de classes de la prochaine rentrée.

Après une journée de grève suivie par 7 à 14 % du personnel enseignant des Hautes-Pyrénées, Patrick Demougeot a présenté les premiers éléments de la carte scolaire pour la rentrée de septembre 2012. Avec un constat : les effectifs dans les classes maternelles et élémentaires seront de nouveau en baisse à la rentrée prochaine. 124 élèves de moins, en raison d’une baisse des naissances il y a trois ans ; baisse qui devrait impacter les effectifs du primaire pendant quelques années. Face à ce constat, et la suppression de postes dans l’Education nationale, c’est douze postes de moins qui sont inscrits au budget de l’académie des Hautes-Pyrénées pour la prochaine rentrée. Douze postes d’enseignants devant la classe, ainsi que treize « hors classe ». Soit une nouvelle hémorragie de vingt-cinq postes pour les Hautes-Pyrénées.

Si les collèges et lycées seront peu impactés, le nombre de classes supprimées dans le département devrait une nouvelle fois être important. Dix-sept classes fermées, pour cinq ouvertes, avec une liste qui reste à définir. Trente classes sont sur la short-list de l’inspecteur d’académie, avant le prochain conseil technique et conseil départemental, le 6 février prochain.

« Deux circonscriptions augmentent leurs effectifs : Tarbes Ouest et Lannemezan. Lourdes et Bagnères perdent dramatiquement des élèves, comme la circonscription Vic Val d’Adour », note l’Inspecteur d’Académie qui a rencontré l’ensemble des élus des trente secteurs concernés.

Trente classes qui n’ont pas été choisies au hasard. Pour Patrick Demougeot, ce sont les écoles fragilisées par un faible effectif qui sont visées. Des écoles où la moyenne d’enfants par classe a été recalculée avec une classe de moins. Toutes celles qui sont en dessous de 24 enfants par classe, après fermeture d’un poste, ont été visitées. La situation géographique, l’activité immobilière et économique du secteur, l’engagement de la municipalité pour la vie scolaire et extra-scolaire sont autant d’arguments pris en compte dans le choix final, qui ne sera connu que dans une quinzaine de jours.

En attendant, les mouvements de protestation et de grève devraient se multiplier ces prochains jours. A commencer lundi prochain, à l’occasion de la prochaine réunion technique à l’Inspecteur d’académie à Tarbes, et le lendemain avec l’appel à la grève nationale.

Pyrénéesinfo, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>