François-Xavier Brunet, le président de la CCI de Tarbes et des Hautes-Pyrénées, dresse le bilan économique de ce premier semestre dans le département (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

François-Xavier Brunet, le président de la CCI de Tarbes et des Hautes-Pyrénées, dresse le bilan économique de ce premier semestre dans le département (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

-0,8% en 2012, -1,8% au premier semestre 2013, avec -3,9% sur les trois premiers mois de l’année, la consommation dans les commerces non alimentaires est au plus bas. « Seuls les mois de janvier et avril sont positifs », commente François-Xavier Brunet, le président de la Chambre de commerce et d’industries de Tarbes et des Hautes-Pyrénées, en prélude à sa conférence de presse de rentrée.

Il est donc peu de dire que le contexte économique des Hautes-Pyrénées est plus que morose. « Nous sommes bien confrontés à une chute de la consommation des ménages. Le moteur principal de la croissance française est en panne », s’inquiète le représentant des professionnels bigourdans. A l’image des déclarations récentes de la Fédération Française du Bâtiment dans les Hautes-Pyrénées, la crise est bien installée dans notre département, et les inondations du mois de juin n’ont fait qu’aggraver la situation. « L’activité économique est atone. L’instabilité législative est aussi un facteur anxiogène pour la consommation », ajoute François-Xavier Brunet. Nous reviendrons sur le point de vue national du président de la CCI de Tarbes dans un prochain article, tout comme sur les conséquences des inondations.

Car le tourisme, secteur économique important des Hautes-Pyrénées, a pâti du recul de la consommation et du changement d’habitudes des vacanciers français et européens. « A Bagnères-de-Bigorre, par exemple, on constate des réservations de dernière minute. Ce qui offre de moins de moins de visibilité pour les professionnels. La fréquentation a connu un pic grâce au Tour de France. Mais le panier moyen est à la baisse. »

Même constat sur la vallée d’Aure et sur Saint-Lary où l’impact des inondations a été de 10% sur les fréquentations, alors que le secteur n’a été (proportionnellement) que peu touché par les sinistres. Dans les zones inondées, la baisse est de 30 à 50 % sur la saison estivale. Et le redoux automnale de l’arrière saison ne permettra pas de rattraper le manque à gagner.

Dans l’industrie, l’avenir est moins morose. Cela grâce à des PMI qui ont su résister à la crise. Le secteur aéronautique, « secteur phare des Hautes-Pyrénées », tire les chiffres vers le haut ; et les Hautes-Pyrénées peuvent s’appuyer également sur les secteurs chimie et électrique. « Même si l’économie française se singularise sur l’Union Européenne comme un des pays qui a le plus faible taux de marge, ce qui engendre des problèmes de trésorerie », explique François-Xavier Brunet.

Si le présent économique est morose, l’avenir s’annonce-t-il meilleur ? Difficile de l’assurer pour l’instant. « La reprise sera là quand on aura pu relâcher la pression fiscale sur les ménages. »

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Suivez toute l’actualité économique des Hautes-Pyrénées, mais aussi de Pau et Bayonne sur www.ecopyrenees.fr !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>