Les élus PRG des Hautes-Pyrénées sont vent debout contre le projet de suppression des conseils généraux (Pyrénéesinfo Tarbes, Rémi DULAC).

Les élus PRG des Hautes-Pyrénées sont vent debout contre le projet de suppression des conseils généraux (Pyrénéesinfo Tarbes, Rémi DULAC).

Depuis plusieurs jours, le président du Conseil Général des Hautes-Pyrénées est auprès des élus locaux pour la signature des Fonds d’aménagement rural. Et depuis la semaine dernière, l’inquiétude de Michel Pélieu sur les aides de solidarité pour les petites communes se fait plus profonde. Car la suppression annoncée des Conseils généraux pour 2020 par le Président de la République François Hollande laisse craindre un avenir difficile pour le monde rural.

C’est pour évoquer cette question qu’une session exceptionnelle du conseil général aura lieu ce vendredi 6 juin 2014. En conférence de presse, les élus PRG ont expliqué pourquoi ils s’opposaient à la disparition de la collectivité départementale. Pour l’ancienne députée PRG, aujourd’hui conseillère générale de Tarbes 2, la décision du Gouvernement est tout simplement « un déni de démocratie ». Chantal Robin-Rodrigo rappelle que « nous sommes dans un flou artistique qui n’est pas concevable dans un pays démocratique », et qu’aucune concertation n’a été entamée avec les élus locaux sur cette décision présidentielle.

Car si François Hollande déclarait en janvier dernier que les départements étaient importants, il décidait de les supprimer moins de deux mois plus tard, suivi par le nouveau Premier Ministre. « Présenter l’arrêt de mort des conseils généraux comme une source d’économie, c’est inacceptable. Présenter les conseils généraux comme quelque chose qui coûte cher et qui ne sert pas à grand chose, c’est inacceptable », explique Michel Pélieu, le président PRG du Conseil Général des Hautes-Pyrénées. « Les agents sont en émoi ; nous sommes là pour nous battre à leurs côtés et résister face à cette décision politique au plus haut de l’Etat », ajoute Michel Pélieu.

Pour les élus locaux, il ne s’agit pas de préserver leur pré carré électoral, mais bien de défendre une proximité vitale pour les communes rurales des Hautes-Pyrénées. « Où est l’économie ? Ou alors on dit la vérité : on fait disparaître des pans entiers du service public de proximité », ajoute le président du Conseil Général, dont 50 % du budget est consacré à la solidarité locale à travers les aides pour les personnes âgées, la petite enfance, les personnes en difficulté, les personnes handicapés. Autant de dépenses, comme pour l’entretien des routes, des collèges… qui ne disparaîtront pas avec les départements.

« On décapite des fonctionnaires. On décapite des investissements d’avenir », ajoute Michel Pélieu, entouré des élus PRG et Front de Gauche du Conseil Général, qu’ils soient maires, conseillers généraux ou parlementaires.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.


[HAUTES-PYRENEES] Réforme des départements La… par pyreneesinfotv

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>