La CGT des Hautes-Pyrénées relaie l'appel national à la grève et à la manifestation (Pyrénéesinfo Tarbes, Archives E.B.).

La CGT des Hautes-Pyrénées relaie l’appel national à la grève et à la manifestation (Pyrénéesinfo Tarbes, Archives E.B.).

Alors que le Gouvernement d’Edouard Philippe a fait ses premières annonces après trois semaines de manifestation des Gilets Jaunes, la grogne sociale ne semble pas retomber et une nouvel « Acte » de mobilisation est toujours annoncé pour ce samedi 8 décembre, à Tarbes comme partout en France.

Après les lycéens et étudiants, ce sont les syndicats qui s’insèrent dans ce mouvement social. La CGT des Hautes-Pyrénées relaie un appel national à la grève et aux manifestations pour ce vendredi 14 décembre 2018 et exige « un changement radical de politique ». Voici le communiqué de la CGT des Hautes-Pyrénées.

«Voilà désormais trois semaines que le pays traverse une crise sociale majeure. Les manifestations du 1er décembre ont été  marquées par une violence inédite que la CGT ne peut que déplorer. Emmanuel Macron et son gouvernement portent une responsabilité majeure dans la dégradation sans précédent de la situation. Une enquête d’opinion réalisée le 2 décembre (Harris Interactive)  révèle d’ailleurs une désapprobation de la violence à 85 % mais un soutien à hauteur de 72 % aux mobilisations du 1er décembre, pointant à 90 % les responsabilités gouvernementales.

Le Président de la République est responsable devant la Nation de cette situation. Engageant dès son élection  une politique en faveur des plus riches, multipliant les mesures marquées par l’injustice sociale ( suppression de l’ISF, plafonnement de la taxation des revenus du capital, augmentation de la TICPE pour financer ses cadeaux aux plus riches, remise en cause des services publics en territoire, baisse de l’impôt société, augmentation de la CSG pour les retraités, baisse des APL des étudiants, tri social de l’accès à l’enseignement supérieur par Parcoursup, absence totale de coup de pouce au SMIC…), il n’a cessé de « punir » les classes « moyennes » et populaires.

A cela, le Président de la République a ajouté un profond mépris pour « les corps intermédiaires »  et  les organisations syndicales en imposant ses mesures injustes sans la moindre négociation.

Notre pays porte en lui depuis des siècles la fibre de l’égalité. La CGT n’a cessé dans son histoire de défendre les intérêts du Monde du Travail (salariés, retraités, précaires, privés d’emploi) en  assumant sans complexes sa défense des principes de liberté, de justice sociale et d’égalité.

Aujourd’hui ce qui est à l’ordre du jour, au delà de la suspension des hausses de taxes sur les carburants au 1er janvier 2019, c’est bien : l’augmentation  immédiate du SMIC à 1 800 € brut,  la revalorisation des retraites et minimas sociaux, des créations d’emplois publics (besoins énormes dans les hôpitaux et EHPAD par exemple…), le rétablissement de l’ISF,  l’annulation du plafonnement de la taxation du capital, une politique ambitieuse de transition énergétique (non fermeture des 9 000 kilomètres de lignes ferroviaires de proximité, développement du fret ferroviaire, non privatisation des barrages hydrauliques, développement  des transports publics, rééquilibrage territorial…).

Les soi-disant réponses annoncées aujourd’hui par le gouvernement  ne sont clairement pas à la hauteur des enjeux. La CGT appelle à une mobilisation par la grève et les manifestations dans tout le pays vendredi 14 décembre 2018 pour exiger un changement radical de politique.»

Pyrénéesinfo Tarbes, E.B.


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>