Jean Glavany a réagi à l'article consacré par Médiapart à sa déclaration d'intérêt (Pyrénéesinfo Archives, E.B.).

Jean Glavany a réagi à l’article consacré par Médiapart à sa déclaration d’intérêt (Pyrénéesinfo Archives, E.B.).

Mis en cause par le journal en ligne Médiapart, Jean Glavany répond. A travers un communiqué dont le député des Hautes-Pyrénées nous demande l’insertion (voir ci-dessous), Jean Glavany répond point par point aux écrits de nos confrères de Médiapart de vendredi 25 juillet 2014, dans le cadre d’un article consacré aux « déclarations d’intêrets » des parlementaires. Députés et sénateurs ont vu ces « déclarations » publiées ce 24 juillet 2014 par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Une déclaration d’intérêts et d’activités signée par Jean Glavany le 28 janvier 2014 où le député des Hautes-Pyrénées fait la liste de ses mandats et activités professionnelles à la date de sa réélection comme député de la 1re circonscription. Député, conseiller général, avocat et salarié de la société Angel Développement, Jean Glavany détaille activités et rémunérations, tout comme son ancienne participation au Comité stratégique du groupe Bolloré.

Voici la réaction de Jean Glavany à l’article de Médiapart.

« J’ai voté la loi créant la Haute autorité pour la transparence de la vie publique et je ne le regrette pas. Encore faut-il que dans l’usage qui est fait de cette transparence, la démocratie soit gagnante. Cela suppose que l’usage qui est fait de cette transparence soit vraiment rigoureux et qu’on ne livre pas les élus et leurs déclarations en pâture à l’opinion pour je ne sais quelle inquisition.

Le site Mediapart, dont j’apprécie pourtant la défense acharnée du journalisme d’investigation mais qui en l’occurrence ne m’a pas consulté, me met ainsi curieusement en cause ce matin.

Ainsi, je serais  » réputé depuis longtemps pour avoir de très nombreux liens avec les milieux d’affaires « .

Je ne sais pas d’où vient cette information. On aurait décrit mes liens avec les milieux du rugby ou du sport en général, de la voile et de la navigation, ou de la danse et la chorégraphie, oui !!

Mais les « milieux d’affaires » !!!! Ça ne correspond ni à ma vie ni à mes goûts.

Alors la preuve serait dans la déclaration:

D’abord j’étais salarié d’une société, Angel-Développement, ensuite j’étais avocat au cabinet Parme. Angel Dt, société familiale dont mes trois enfants sont les actionnaires – bonjour le milieu d’affaires….- et Parme -avocats qui est un cabinet spécialisé dans le droit public, que j’ai quitté fin 2012(c’est sans doute pour cela que je ne suis plus sur son site ! Il suffisait de demander), où je faisais du droit public et où je n’ai jamais été avocat d’affaires. Jamais !

Reste le plus croustillant : ma participation au Comité stratégique du groupe Bolloré, structure dont je ne sais plus si elle existe encore depuis la mort d’Antoine Veil, et qui ne fait de moi ni un actionnaire, ni un dirigeant, ni un salarié de ce groupe, mais qui serait la preuve formelle de mes liens avec les  » milieux d’affaires ».

J’ai connu Vincent Bolloré  (grâce à ……François Mitterrand !) il y a plus de 30 ans quand il venait de reprendre l’entreprise familiale de papier à Quimper. Il aime la Bretagne, la mer et la navigation comme moi même si nous ne naviguons pas sur des bateaux de même taille. Sa famille a comporté des hommes courageux pendant la 2ème guerre mondiale, comme la mienne. Cela a suffi pour nous rapprocher. Et il est fidèle en amitié comme moi.

Seulement voilà : je n’ai jamais fait d’affaires avec Vincent Bolloré, jamais. Ça ne serait pas déshonorant d’ailleurs mais c’est ainsi.

Je souhaite que Mediapart prenne acte de ces précisions. »

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>