Gérard Trémège, président de l'UMP des Hautes-Pyrénées, accompagné ici de Frédéric Cieutat, lors du séminaire de rentrée de son parti (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Gérard Trémège, président de l’UMP des Hautes-Pyrénées, accompagné ici de Frédéric Cieutat, lors du séminaire de rentrée de son parti (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Elections internes et élections cantonales vont rythmer la vie de l’UMP des Hautes-Pyrénées pour ces prochains mois. A l’heure d’entrée en campagne, les militants du parti de droite étaient réunis à Bours ce samedi 4 octobre 2014 pour un séminaire de rentrée. 160 militants étaient réunis autour du président de l’UMP des Hautes-Pyrénées, Gérard Trémège, et des organisateurs de la journée. Les questions de débat ne manquent pas au sein d’un parti politique soumis aux nombreuses turbulences. Crise interne et scandales financiers ont laissé des traces. « Le taux de renouvellement des adhésions est autour de 50 %. 600 militants ont renouvelé leurs adhésions, sur les 1 260 recensés. Les affaires ne nous ont pas fait de bien », explique Gérard Trémège. « On espère qu’une nouvelle dynamique va se mettre en place, ave cun nouvel objectif et un nouveau nom qui soit plus rassembleur. »

En attendant, la campagne pour la présidence de l’UMP a débuté. Si Nicolas Sarkozy sera à Toulouse la semaine prochaine, il n’est pas prévu qu’il vienne à Tarbes. Les élections auront lieu en novembre, avant les élections internes à la fédération des Hautes-Pyrénées en janvier prochain. Et si le nom du futur président national de l’UMP ne laisse pas vraiment place au suspens, le président départemental veut laisser « libre choix aux militants. Je n’ai parainé aucun candidat », ajoute Gérard Trémège.

Il reste donc quelques semaines aux élections locales de l’UMP pour se remettre en ordre de bataille. Car l’échéance des élections cantonales arrive à grand pas. En mars prochain, le Conseil Départemental (nouveau nom du Conseil Général) renouvelera ses 34 conseillers au profit de 17 binômes élus. Et l’UMP entend bien être présente dans la bataille électorale. « Nous avons des candidats dans 13 des 17 nouveaux cantons. Nous essayerons de présenter des candidats partout, avec nos amis de l’UDI. » Seuls les secteurs de la Barousse, des Coteaux et du Louron-Aure-Neste n’a pas encore de candidats désignés. Mais l’UMP se laisse jusqu’au vote sur les futures compétences des Régions et des Départements par l’Assemblée nationale pour se dévoiler tous les noms.

Si aucune alliance ne sera possible avec le Modem (« on ne sait pas où il se trouve, M. Lagonnelle vote avec la gauche. S’il veut se présenter, il faudra qu’il négocie avec ses amis du PS, du PRG et du Front de Gauche »), le président de l’UMP des Hautes-Pyrénées entend bien faire une place plus importante à ses candidats au sein de l’assemblée départementale ; quitte à profiter du contexte local, « le défaut d’entente cordiale entre le PS et le PRG ».

En attendant, l’UMP se prépare pour redonner de l’élan à son parti en France et dans les Hautes-Pyrénées.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.


[HAUTES-PYRENEES] La rentrée de l’UMP par… par pyreneesinfotv

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>