Les élus du Département des Hautes-Pyrénées ont débattu des orientations budgétaires pour l'année 2018 (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Les élus du Département des Hautes-Pyrénées ont débattu des orientations budgétaires pour l’année 2018 (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Maintenir les investissements sans augmenter la pression fiscale, c’est la toujours dure équation qui agite les services du Département des Hautes-Pyrénées à l’heure d’élaborer le budget de l’année. Ce vendredi 16 février 2018, les élus étaient réunis en session pour le traditionnel débat d’orientations budgétaires.

Et face à des contraintes financières toujours plus drastiques imposées par l’Etat, l’équation n’est pas évidente à trouver. « Le Président de la République est peut-être En Marche, mais il est hors de question qu’il mette les collectivités au pas », note Jean-Guilhas, le conseiller départemental du Val d’Adour et co-président du Groupe PS et Apparentés au Département des Hautes-Pyrénées. Même volonté de ne pas laisser le Gouvernement maltraité les territoires chez l’élu de Tarbes Gilles Craspay.

Pour Michel Pélieu, le président du Département, les contraintes budgétaires fixées par l’Etat obligent à la vigilance. « L’Etat fixe d’autorité un taux maximum d’évolution de nos dépenses. Mais, je crois qu’il oublie un peu que le taux de progression des dépenses de nos collectivités échappe largement à la volonté des élus locaux. Qu’il s’agisse des dépenses de personnel qui augmentent mécaniquement chaque année, de la production incessante de nouvelles normes qui étouffent les collectivités, des transferts de compétences mal compensées voir non compensés. Pour autant, nous devons rester ambitieux, volontariste car une diminution de nos actions pourrait signifier pour un territoire comme le nôtre : moins de service public, moins de lien social, et moins d’attractivité. »

Et à l’heure où les écoles rurales sont dans le viseur du Gouvernement, le Département veut poursuivre sa double action de solidarité et d’investissement dans l’économie locale. Les aides sociales (RSA, personnes âgées, handicap) représenteront la moitié du budget de fonctionnement du Département, en hausse de 5%.

Si la dette et les effectifs du Département resteront stables en 2018, ce ne seront plus les seuls. Puisque pour la 6e année consécutive, le président Michel Pélieu a demandé à ses services d’élaborer un budget où la part du Département sur la taxe foncière ne serait pas augmentée.

Michel Pélieu veut également maintenir les investissements dans l’économie locale. 60 millions d’euros seront prévus en 2018 autour de la rénovation du patrimoine départemental (collèges, bâtiments administratifs…), l’entretien des routes et le soutien aux collectivités locales. Une volonté de soutenir l’économie locale grâce à des investissements toujours forts.

Reste que l’avenir passera aussi par l’inventivité. Le président du Département des Hautes-Pyrénées veut trouver des moyens auprès des partenaires privés (à l’image d’Orange pour le développement de la fibre optique dans le département) ou des fonds régionaux et européens pour permettre aux Hautes-Pyrénées de poursuivre leur développement.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>