Seuls les 850 grands électeurs des Hautes-Pyrénées voteront pour élire les deux sénateurs (Pyrénéesinfo Tarbes, Illustration).

Seuls les 850 grands électeurs des Hautes-Pyrénées voteront pour élire les deux sénateurs (Pyrénéesinfo Tarbes, Illustration).

Le Parti Communiste des Hautes-Pyrénées veut faire liste commune pour les élections Sénatoriales. Le 24 septembre prochain, les 850 électeurs devront élire les successeurs de Josette Durrieu (PS) et Michel Pélieu (PRG) au poste de sénateurs des Hautes-Pyrénées.

Si le PS, le PRG et En Marche a déjà présenté ses candidats, le Parti Communiste des Hautes-Pyrénées a décidé de faire appel aux « forces de progrès » pour faire liste commune.

«Le PCF des Hautes Pyrénées ne se résout pas à la division des forces de progrès et vous propose de faire des listes communes qui intégreraient les composantes qui souhaitent, dans la lucidité mais aussi dans la clairvoyance, tourner la page néfaste des législatives où les forces de progrès n’ont fait élire que 33 députés avec 7 millions de voix à la Présidentielle. Il n’est écrit nulle part que nos forces politiques soient condamnées à l’échec. Il convient donc de nous rassembler sur un cadre de propositions partagées pour nous adresser aux 850 grands électeurs de notre département», expliquent les membres du PCF 65 dans une lettre ouverte.

Ensemble, ils veulent combattre la politique du Président de la République Emmanuel Macron et son gouvernement. «Mr Macron n’est guidé que par les objectifs de satisfaction de ses amis de la finance et souhaite faire de Paris une place financière pour attirer les traders de Londres et de la City. A ce titre il a fait capoter une réunion des ministres de l’économie et des finances de la zone euro qui devait entériner la mise en place d’une taxe sur les flux financiers qui aurait rapporté 22 milliards… Que dire de la casse des communes et de l’hypercentralisation dans les communautés de communes et les métropoles d’un pouvoir technocratique éloigné de la réalité de la vie des populations et privé de moyen. A ce titre ce sont 13 milliards qui seront prélevés sur les collectivités territoriales qui réalisent pourtant 75% de l’investissement public», écrivent-ils.

Les élus des «forces de progrès» auront pour missions de «de rétablir la démocratie dans cet hémicycle en constituant des comités de liaison entre les territoires et les sénateurs pour améliorer la vie publique ; de proposer que la commission mixte Sénat-Assemblée Nationale travaille dès le début de la mandature sur l’accueil digne des migrants.»

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>