Le maire de Tarbes, Gérard Trémège, annonce qu'Auchan a gelé tous ses projets, dont celui de Séméac-Soues (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Le maire de Tarbes, Gérard Trémège, annonce qu’Auchan a gelé tous ses projets, dont celui de Séméac-Soues (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Un gel « immédiat de tous les investissements, suspension de tout nouveau projet de drive, abandon des extensions de magasin ». Voilà ce qu’aurait annonce le Directeur Général d’Auchan France à ses collaborateurs il y a quinze jours, selon le site dédié à la famille Mulliez (http://www.leblogmulliez.com/).

Une information qui était passée inaperçue au pied des Hautes-Pyrénées et que le maire de Tarbes, Gérard Trémège, a révélé en marge d’une conférence de presse sur les Assises du Commerce.

Car parmi les projets en cours du groupe Auchan, via sa filiale Immochan, on retrouve l’installation de l’enseigne sur la zone Séméac Soues. « C’est un projet important pour la partie est de l’agglomération, avec la rénovation de la sortie de l’autoroute et tout le projet autour d’Alstom », rappelle Gérard Trémège.

Un dossier que le maire de Tarbes connaît bien pour l’avoir géré durant sa présidence du Grand Tarbes. « En 2008, quand je suis devenu président du Grand Tarbes, il y avait un projet démesuré de 90 000 m2 de surfaces commerciales. Nous avons toujours dit qu’il n’y avait pas de places pour un autre hypermarché sur le Grand Tarbes », explique Gérard Trémège. Le maire de Tarbes rappellera alors sa volonté de privilégier le déplacement d’une enseigne existante : d’abord Casino en 2008 (abandonné lors du déclenchement de la crise économique en 2008), puis Leclerc Orleix en 2009. Faute de candidat, c’est vers Auchan, dans un projet fortement revu à la baisse, que le Grand Tarbes s’était tourné.

« Aujourd’hui, comme en décembre 2008, le groupe Mulliez a décidé de geler ses investissements. Le projet de Séméac Soues est pour l’instant gelé. » Déjà, il avait été reporté à 2017, mais les travaux auraient du démarrer dans les prochains mois.

« C’est regrettable car ce projet aurait donné du travail pour nos entreprises du BTP, avec ses 120 millions d’euros d’investissement. Il y avait également un millier de création d’emplois [hors transfert et destruction, NDLR] sur le site », ajoute Gérard Trémège.

« Si Auchan gèle, c’est aussi parce que la commercialisation des surfaces commerciales n’avançaient pas. Le Grand Tarbes a dépensé des dizaines de millions d’euros sur la zone. Heureusement que, dès le début de ma présidence, j’ai demandé aux aménageurs de stopper l’acquisition foncières. »

En attendant, les habitants du Grand Tarbes devront se contenter de l’offre importante de supermarchés et d’hypermarchés dans l’agglomération. Et pour les amoureux de la marque Auchan, il reste le drive installé sur la route de Pau…

MAJ : Dans l’édition de ce vendredi 13 juin 2014 de nos confrères de La Nouvelle République des Pyrénées, le groupe Auchan affirme toujours travailler sur ce dossier qui doit repasser en CNAC dans quelques semaines.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>