Jean Glavany, candidat PS sur la 1re circonscription des Hautes-Pyrénées (Pyrénéesinfo Tarbes, E.B.).

Dernière ligne droite avant le premier tour des élections législatives pour tous les candidats. Dans les Hautes-Pyrénées aussi, les prétendants sont sur le terrain avec, pour Jean Glavany, une présence auprès de tous les maires de la circonscription. Près de trois cents élus locaux qui auront été rencontrés avant le 10 juin prochain. « Aller dans les 290 communes, c’est une belle tradition républicaine ; ce n’est pas archaïque ni désuet. On rencontre plus que des élus dans ces villages », explique le candidat de la première circonscription, accusé par ses adversaires de réaliser une campagne « sénatoriale ». « On rencontre beaucoup de monde et les gens sont conscients que l’avenir de la France se décidera à l’Assemblée Nationale », ajoute Isabelle Vaquié, sa suppléante.

Car pour Jean Glavany, le choix des électeurs est clair : Jean-Marc Ayrault ou Jean-François Copé comme premier ministre. « Si on devait se laisser aller à la tentation de l’abstention ou de la cohabitation, Jean-François Copé serait alors Premier Ministre ! Il faut permettre à François Hollande d’appliquer le programme sur lequel il a été élu. » Pour Jean Glavany donc, l’élection est autant locale que politique.

Et son principal adversaire est tout désigné. « Ma surprise et ma déception est de voir les candidats de droite dissimulés qu’ils sont de droite. Il n’y a plus de président départemental de l’UMP, il n’y a plus un élu qui assume avoir voté pour Nicolas Sarkozy. C’est un détournement d’élection que font les candidats de droite », explique Jean Glavany, commentant le programme de son adversaire Gérard Trémège bas sur le développement économique des Hautes-Pyrénées et le désenclavement de la Bigorre. « Ce n’est pas l’objet des élections législatives. Ce ne sont pas de super-cantonales. »

Jean Glavany veut porter le débat sur les grands enjeux nationaux. Et d’évoquer les deux sujets qui ressortent des rencontres avec les électeurs, sur un angle national : l’école et l’hôpital. Un sujet majeur dans une circonscription à la fois urbaine (Tarbes, Lannemezan, Bagnères) et rurale (Coteaux, Baronnies, vallées…). « Il y a dans cette circonscription de grandes industries de pointe, et un réservoir de PME qui sont des atouts remarquables. Dans le secteur rural, le monde agricole est très présent. C’est aussi une économique qui compte et qu’il faudra défendre ». Pour cela, l’ancien ministre de l’agriculture fait confiance à l’actuel, Stéphane Le Foll, pour négocier la future PAC.

Pyrénéesinfo, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>