Le député Jean-Bernard Sempastous a organisé un atelier autour de l'industrie dans les Hautes-Pyrénées (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Le député Jean-Bernard Sempastous a organisé un atelier autour de l’industrie dans les Hautes-Pyrénées (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Quel avenir pour l’industrie en France et dans les Hautes-Pyrénées ? Une question qui agite tant les salariés que les élus et les entreprises. En Bigorre, c’est l’avenir du site de Vallourec à Tarbes qui fait l’objet d’une attention, tandis que Ford près de Bordeaux pourrait connaître un avenir sombre.

Les exemples en France se multiplient et les élus nationaux ont décidé de transformer l’avenir industriel tricolore. Pour cela, une commission d’enquête de l’Assemblée Nationale examine les décisions de l’Etat sur la politique industrielle. Localement, le député de La République En Marche, Jean-Bernard Sempastous, a convié élus et industriels à un atelier sur l’état de l’industrie dans les Hautes-Pyrénées.

« En 30 ans, les Hautes-Pyrénées ont perdu 7 000 emplois. Cette problématique, combinée au dépeuplement continu du département du 65, en fait un enjeu majeur d’aménagement de notre territoire », rappelle le député de la 1re circonscription.

Aux côtés des parlementaires Maryse Carrère et Jeanine Dubié, d’élus et de chefs d’entreprises, le but de l’atelier était d’offrir des pistes de réflexions sur les mesures à prendre pour améliorer le sort de l’industrie française.

Car la loi Pacte, qui doit passer en Conseil des Ministres dans six semaines, doit accompagner ce renouveau industriel tricolore. A commencer par une vigilance sur les investissements étrangers, la possibilité d’intervenir en cas d’acquisition hostile, ou un fond pour l’innovation de 10 milliards d’euros.

Mais l’avenir industriel passe aussi par le maintien des entreprises sur tout le territoire. Loin des grandes métropoles comme Toulouse, les agglomérations moyennes peuvent offrir des conditions de vie pour les salariés et de développement pour les entreprises. A condition de ne pas défavoriser ces territoires, en maintenant des moyens de transports rapides vers Paris ou Toulouse.

Car l’emploi et l’industrie passe par l’investissement et la présence de salariés formés et présents sur les bassins d’emploi.

Le débat ne fait que commencer en Bigorre comme au Parlement.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>