Le Comité des Sages a rendu son rapport sur l'avenir de Lourdes à la Maire et à la Préfète des Hautes-Pyrénées (Pyrénéesinfo Lourdes, Eric BENTAHAR).

Le Comité des Sages a rendu son rapport sur l’avenir de Lourdes à la Maire et à la Préfète des Hautes-Pyrénées (Pyrénéesinfo Lourdes, Eric BENTAHAR).

Depuis plusieurs mois, ils font le tour des professionnels et collectivités de Lourdes et des Hautes-Pyrénées pour se pencher sur la situation de la cité mariale. Economique d’abord, car la cité connaît des difficultés croissantes, notamment en raison de la baisse de la fréquentation des pélerins. Mais aussi culturelle, sociétale… Un travail de fond, bénévole, pour les membres du Comité des Sages mis en place conjointement par la Préfecture des Hautes-Pyrénées et la Ville de Lourdes.

Ce samedi 26 novembre 2016, dans la grande salle du Palais des Congrès de Lourdes, l’heure était au bilan. Un rapport rendu à Josette Bourdeu et à  Béatrice Lagarde sur les préconisations des élus et professionnels du Comité à mettre en place pour assurer un avenir radieux à la cité mariale.

Résumer en quelques lignes le diagnostic de Joseph Carles, le président du Comité des Sages, peut paraître brutal. Manque d’ouverture, stratégie de rente (ou de « cueillette »), une ville coupée des territoires voisins (les vallées comme l’agglomération tarbaise) et « balkanisée », avec une population vieillissante, un fléchissement de l’emploi, une vacance grandissante des logements, et un parc hôtelier dont la chute (23 établissements ont fermé) ne serait pas terminé… Mais cette dégradation du quotidien est un constat sur lequel le Comité des Sages veut s’appuyer pour faire rebondir la ville de Lourdes. Avec une affirmation : « notre conviction est que le problème de décroissance est structurel. Ça veut dire qu’il faudra du temps pour y remédier. Ce sont les fondamentaux qu’il faudra revoir », pour Joseph Carles, au nom du Comité des Sages.

Pour rebondir, Lourdes devra s’appuyer sur ses atouts. D’abord une marque forte, celle du nom même de « Lourdes » (« comme Cannes a sa marque avec le Festival »), qu’il faudra faire briller en France comme à l’international. Autre atout, les Pyrénées voisine dont Lourdes peut être « la porte » via les vallées voisines. Mais aussi le Château Fort de Lourdes. Autre atout évident, Bernadette et son image de spiritualité, de révolte et de croyance.

Au-delà du constat, le Comité des Sages a dégagé des pistes de travail, tant pour les collectivités que pour les professionnels de Lourdes, pour assurer un redémarrage économique. Avec un avertissement : « Il faut accepter que pendant une période, on soit sur une phase de décroissance pour préparer le rebond. Il faut ralentir le fléchissement et préparer une autre dynamique. »

Pour cela, sur le court terme, les membres du Comité des Sages préconise notamment de mettre en valeur le patrimoine, s’interroger sur l’avenir des hôtels fermés pour éviter de créer des friches (avec des risques de dégradation, de squats…), engager une réflexion sur l’avenir du parc hôtelier et sa surcapacité actuelle pour mieux investir et se diversifier, développer une capacité de visite plus autonome des pélerins, et développer une image de spiritualité, au-delà de l’aspect religieux.

Sur le moyen terme, les membres du Comité des Sages pense que « Bernadette peut être porteur de valeurs spirituelle, de solidarité, lourdaise et pyrénéenne » sur laquelle Lourdes doit s’appuyer, développer l’image du Château Fort, créer une structure regroupant les collectivités de Lourdes et des Vallées autour du tourisme…

Il ne reste plus qu’aux acteurs du tourisme et de l’économie de Lourdes à travailler ensemble pour construire leur avenir en commun.

Pyrénéesinfo à Lourdes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>