Le conseil municipal de Lourdes a voté contre le projet de grande agglomération réunissant les secteurs de Lourdes, Tarbes et Ossun (Pyrénéesinfo Lourdes, Eric BENTAHAR).

Le conseil municipal de Lourdes a voté contre le projet de grande agglomération réunissant les secteurs de Lourdes, Tarbes et Ossun (Pyrénéesinfo Lourdes, Eric BENTAHAR).

Cette (trop ?) grande agglomération est loin de faire l’unanimité parmi les élus qui doivent la faire fonctionner dans treize mois. Lundi soir, les élus de Tarbes votaient à une forte majorité contre le projet réunissant les communautés de Tarbes, Lourdes et Ossun. Ce mardi 24 novembre 2015, le conseil municipal de Lourdes a fait de même dès le début de sa séance. Le projet d’une grande agglomération de 120 000 habitants présenté par la Préfète des Hautes-Pyrénées a donc vu le refus des deux principales agglomérations qui a compose.

Pourtant, à Lourdes, tout a commencé par un long plaidoyer pour la nouvelle intercommunalité. « Le projet met autant que possible en cohérence les divers territoires autour de leurs grands projets de développement et d’aménagement et regroupe enfant le coeur économique du département Tarbes – Ossun – Lourdes à travers une grande communauté d’agglomération. C’est un département des Hautes-Pyrénées plus fort et mieux organisé que propose le SDCI, afin que le département sorte enfin d’un émiettement excessif de ses structures de coopération intercommunale pour atteindre des niveaux de regroupements comparables à ceux des départements voisins. Il lui permettra ainsi de prendre toute sa place dans la réforme territoriale qui redessine la carte des territoires », explique en préambule Josette Bourdeu, la maire de Lourdes.

Mais Josette Bourdeu considère que « l’intercommunalité lourdaise est un territoire pivot d’un bassin d’emploi et d’une porte de vallée (…) dans lequel développement économique et développement touristique n’ont pas forcément la même direction. »

Ne pas noyer l’image internationale de Lourdes et construire un territoire cohérent avec le bassin de vie, c’est la proposition du conseil municipal de Lourdes dans ce débat au calendrier accéléré.

Ainsi, la maire de Lourdes propose de revoir le projet en incluant la Communauté de communes du Montaigu au projet de grande intercommunalité. Elle souhaite également une autre alternative pour porter le développement économique, en le confiant au syndicat mixte Pyrénia (qui gère la zone aéroportuaire), et accès le développement touristique autour de Lourdes et sa vallée.

Côté opposition, les voix étaient dispersées. L’ancien maire Jean-Pierre Artiganave se veut un défendeur du projet présenté par la Préfète. « L’intercommunalité est un mouvement moderne de mutualisation et de solidarité entre les territoires. Mais il faut associer les populations à cette décision. Une autorité préfectorale seule ne peut pas décider de l’avenir des populations », explique Jean-Pierre Artiganave. L’élu d’opposition qui indique que « l’image de Lourdes doit être préservée. Pour cela, elle doit continuer à exercer la compétence touristique à tout prix. »

Les autres voix de l’opposition sont allées vers l’opposition ferme au projet ou à l’abstention.

Au final, Lourdes s’oppose au projet présenté et met ses conditions. Le débat restera encore ouvert quelques mois avant que le projet final ne soit mis en place… le 1er janvier 2017.

Pyrénéesinfo Lourdes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>