Jean-Claude Palmade et Michèle Pham-Baranne sont revenus sur le conseil municipal de Tarbes (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Jean-Claude Palmade et Michèle Pham-Baranne sont revenus sur le conseil municipal de Tarbes (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Deux jours après un conseil municipal un peu atypique, l’opposition socialiste de Tarbes revient sur ce rendez-vous municipal marqué par la hausse des impôts locaux et l’absence de débat autour des récentes mises en examen.

« On a vécu quelque chose de particulier. On aurait pu s’attendre à ce que le maire s’exprime sur le sujet, la mise en examen du maire, d’un adjoint et de quatre chefs de service. Il aurait pu faire une déclaration liminaire en début de conseil municipal », explique Jean-Claude Palmade. Une attente qui aura duré jusqu’au départ du maire afin d’aborder ce sujet en dernier point (voir notre compte-rendu du conseil municipal du 13 avril 2015). « Il ne fait pas ce que doit faire un édile dans cette situation », ajoute l’élu socialiste, demandant une explication sur les différents chefs d’accusation, sans pour autant écarter la présomption d’innocence. « Nous partageons la position du Front de Gauche, sauf sur un point. Nous considérons que le maire de Tarbes a été élu, aucune décision de justice ne l’oblige à se mettre en retrait. Il est normal qu’il reste maire. »

Des positions différentes sur de nombreux dossiers, par rapport à la majorité et l’autre partie de l’opposition de gauche, que les élus socialistes veulent mettre en avant.

Comme sur la hausse de la fiscalité. Une hausse de 2% en 2015 pour les taxes locales, dont 1 % pour la part municipale. « Il n’y avait pas besoin de taxer les Tarbais. Alléger la pression fiscale, c’est un choix politique. Nous aurons préféré d’autres axes d’économie, comme différer l’investissement, puiser dans l’excédent financier disponible de 2,7 millions d’euros, ou dans la réserve de dépenses imprévues de 2,8 millions d’euros. Tout ça pouvait être des sources pour ne pas augmenter la fiscalité », indique Michèle Pham-Baranne.

Dernier dossier causant un différent avec la majorité, la vente de parcelles. A l’Arsenal tout d’abord avec la SCI des Forges. « Sur les trois autres ventes, on a leur destination commerciale. Sur celle là, impossible de connaître l’activité depuis plusieurs mois. Sur cette question de SCI, on a été échaudé », ajoute Jean-Claude Palmade.

Mêmes interrogations sur la vente d’une parcelle à une société immobilière pour la création d’une résidence foyer logement. « On a demandé s’ils avaient toutes les autorisations, mais on n’a pas eu de réponse. Il y a un schéma gérontologique départemental, géré par le Conseil Départemental, et on ne le fait pas n’importe comment », indique Jean-Claude Palmade, craignant de voir le projet se transformer en nouvelle résidence dans une ville de Tarbes qui compte déjà « 5 000 logements vides ».

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>