Les syndicats des Hautes-Pyrénées se sont retrouvés devant la permanence de Jeanine Dubié à Tarbes (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Les syndicats des Hautes-Pyrénées se sont retrouvés devant la permanence de Jeanine Dubié à Tarbes (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Si les murs ont été recouverts d’affiches demandant aux deux députés des Hautes-Pyrénées de ne pas voter la Loi Travail à l’assemblée nationale, l’occupation du parvis de la permanence de la députée Jeanine Dubié à Tarbes s’est passée dans le calme.

Tandis que certains préparaient le barbecue pour une occupation prolongée à l’heure du repas, les représentants de la CGT, FO et FSU (notamment) s’entretenaient au téléphone avec l’assistante parlementaire de Jeanine Dubié à Paris ; l’élue étant à l’autre bout du monde cette semaine.

Si le dialogue ne s’est pas vraiment installé, les représentants des syndicats mobilisés ont pu expliquer longuement les raisons de leur demande de retrait de la Loi Travail, portée par la Ministre Myriam El Khomri. Ils dénoncent une « rupture dans l’articulation entre les normes, rendant la loi bien plus supplétive qu’impérative ». En clair, la possibilité donnée aux entreprises de négocier « leur » code du travail, à la place d’un accord de branche, inquiètent les représentants des syndicats pour l’avenir des salariés. Pour eux, cette seule réforme pourrait conduire à des semaines de 60 heures et une plus grande précarisation des salariés. La possibilité de licencier plus facilement en cas de difficultés des entreprises plaident encore pour une remise en cause des droits des salariés.

Faute de pouvoir discuter directement avec les deux parlementaires PS et PRG des Hautes-Pyrénées, les syndicats n’ont pas pu avoir une position claire des deux élus sur la Loi Travail. « Il ne faudrait pas que Jeanine Dubié soit d’accord avec nous sur les plans sociaux dans les Hautes-Pyrénées, sur des sujets concrets locaux, et voter la Loi El Khomri. Ce ne serait pas cohérent », note François Dousseau. « S’ils votent l’inversion de la hiérarchie des normes, les parlementaires de gauche trahissent leur mandat », ajoute José Navarro.

Pour Claude Martin, « on est très étonné qu’aucun député n’ait un avis sur cette loi ». Ils auront l’occasion d’en discuter face à face en début de semaine prochaine, où une réunion avec Jean Glavany et Jeanine Dubié devrait être organisée.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>