Gérard Trémège a été mis en examen ce jeudi par le juge d'instruction de Pau (Pyrénéesinfo Tarbes, Archives E.B.).

Gérard Trémège a été mis en examen ce jeudi par le juge d’instruction de Pau (Pyrénéesinfo Tarbes, Archives E.B.).

MAJ : La réaction de l’avocat de Gérard Trémège. « A la suite de sa mise en examen de ce jour Gérard  Trémège tient à  préciser que son conseil Maitre Didier Seban déposera dans les jours qui viennent une requête en nullité de cette mise en examen pour atteinte aux droits de la défense. Il rappelle en tout état de cause que la présomption d’innocence doit s’appliquer à tous ; le secret de l’instruction doit être respecté. Il pourra enfin après deux ans de rumeurs et d’enquête prendre connaissance des éléments du dossier, assurer sa défense et démontrer qu’il ne s’est en rien enrichi à l’occasion de ses mandats de Maire . Il va aux côtés des Tarbaises et des Tarbais  qui lui ont a chaque mandat renouvelé leur confiance poursuivre son action pour le développement de la commune. Didier  SEBAN, Seban & Associés. »

A l’issue de 48 heures de garde à vue, Gérard Trémège a été présenté devant le juge d’instruction à Pau ce jeudi 2 avril 2015 au matin. Le maire de Tarbes a été mis en examen pour « favoritisme, prise illégale d’intérêt et recel de trafic d’influence passive ». Il est de plus soumis à un contrôle judiciaire. Une décision dont Gérard Trémège a décidé de faire appel et qui ne lui empêche pas d’exercer ses mandats de maire de Tarbes et de conseiller régional.

Mercredi soir, trois autres protagonistes avaient été mis en examen, à la suite d’un chef de service de la mairie de Tarbes chargé de la voirie pour « trafic d’influence passive ». Il s’agit d’Isabelle Bonis, directrice de la Semi-Tarbes pour « favoritisme, prise illégale d’intérêts » et complicité et recel pour ces deux mêmes infractions, ainsi que deux autres chefs de services de la mairie de Tarbes. Tous avaient été remis en liberté, assorti d’un contrôle judiciaire.

La justice avait également placé en garde à vue l’adjoint au maire en charge des travaux et l’ancien directeur général des services.

Au total, huit personnes ont donc été mises en examen à l’issue des gardes à vue. La justice enquête depuis dix-huit mois sur la passation de marchés publics et la vente de biens.

L’avocat de Gérard Trémège, Me Didier Seban, a annoncé qu’il ferait appel de la mise en examen de son client. Selon ce dernier, le maire de Tarbes « reconnaît des erreurs possibles dans la passation de marchés publics, mais ni toute volonté de système Trémège ».

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>