Les salariés de Cegelec Tarbes et Soues et Eiffage Tarbes ont envahi la salle du conseil du Conseil Général des Hautes-Pyrénées ce vendredi matin (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Les salariés de Cegelec Tarbes et Soues et Eiffage Tarbes ont envahi la salle du conseil du Conseil Général des Hautes-Pyrénées ce vendredi matin (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Avant le début de la séance plénière du Conseil Général des Hautes-Pyrénées ce vendredi 6 mars 2015 au matin, les salariés des sociétés Eiffage et Cegelec de Tarbes et de l’agglomération ont envahi l’hémicycle pour interpeller les élus départementaux. En jeu, leur avenir, alors que leurs emplois sont menacés avec la fermeture annoncée des deux entreprises.

Durant la séance, salariés des deux sociétés et élus ont rédigé une motion qui a été voté à l’unanimité par les conseillers généraux. Celle-ci demande notamment l’organisation d’une table ronde entre les élus, l’Etat, les salariés et les groupes concernés. En voici le texte.

« Considérant l’annonce de la prochaine fermeture des deux sites tarbaises de la SAS Cegelec Pau filiale du groupe Vinci et de l’atelier de câblage d’Eiffage Energie Sud-Ouest, filiale du groupe Eiffage, sous-traitants du groupe Alstom ; Considérant l’importance attachée par les élus du Conseil Général des Hautes-Pyrénées au maintien sur le territoire départemental des activités industrielles et des savoir-faire associés ; Considérant l’impact humain et social des fermetures annoncées ;

Le Conseil Général des Hautes-Pyrénées, particulièrement vigilant au maintien et à la poursuite de l’activité économique sur le territoire ainsi qu’au contrôle de l’utilisation et de la destination de l’ensemble des aides publiques versées aux entreprises, Exprime fermement son soutien et sa solidarité aux salariés et aux 71 familles directement touchés par les décisions annoncées, Demande l’organisation par l’Etat d’un groupe de travail, dans les meilleurs délais, réunissant les entreprises, les grands groupes et donneur d’ordre directement concernés, les représentants des salariés, les élus locaux et les parlementaires afin d’examiner des solutions réalistes de maintien de l’emploi local. »

L’entreprise CPP Europe Microcast à Adé n’a pas été oubliée par les élus locaux. Jeanine Dubié (PRG), Jean Glavany (PS) et José Marthe (Entente Républicaine) ont souhaité présenter une motion de soutien, elle aussi votée à l’unanimité. En voici le texte.

« Considérant la mise sous procédure de sauvegarde de l’entreprise CPP Europe Microcast à Adé, par décision du Tribunal de Commerce de Tarbes, en date du 2 mars 2015, Considérant l’importance attachée par les élus du Conseil Général des Hautes-Pyrénées au maintien sur le territoire départemental des activités industrielles et des savoir-faire associés, Considérant que le devenir de 143 emplois est en jeu,

Le Conseil Général des Hautes-Pyrénées exprime tout son soutien et sa solidarité aux salariés, Demande à l’Etat, la constitution et la réunion immédiate d’un groupe de travail sur l’avenir de CPP Europe Microcast et des emplois sur le site d’Adé avec les représentants de l’entreprise, les représentants des salariés, les élus locaux et les parlementaires. »

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>