Après un mois de lutte, les salariés de MG Call à Tarbes ont obtenu des engagements fermes de la part de la Préfète des Hautes-Pyrénées (Pyrénéesinfo Tarbes, Archives E.B.).

Après un mois de lutte, les salariés de MG Call à Tarbes ont obtenu des engagements fermes de la part de la Préfète des Hautes-Pyrénées (Pyrénéesinfo Tarbes, Archives E.B.).

C’est sans doute la fin du combat pour les 160 salariés de MG Call à Tarbes. Mais aussi le début d’un parcours pour retrouver un emploi. Ce mercredi 30 septembre 2015, après un mois de lutte, la Préfète des Hautes-Pyrénées a annoncé qu’un accord avait été trouvé pour les salariés de l’entreprise.

« La Ministre [du Travail, NDLR] me donne un mandat pour que les salariés retrouvent un emploi – et c’est ma priorité -, et bénéficient d’une sécurisation financière pendant douze mois », explique Anne-Gaëlle Baudoin-Clerc. Ainsi, cinq engagements sur douze mois ont été proposés par la Préfète à destination de l’ensemble des salariés de MG Call et du centre de formation associé.

Deux conseillers de Pôle Emploi seront mobilisés exclusivement pour un accompagnement personnalisé à l’emploi, avec le renfort de Cap Emploi et de la Mission locale. Des pistes sont déjà en cours avec les autres centres d’appel des Hautes-Pyrénées.

Mais la principale demande des salariés était de bénéficier d’une allocation chômage durant douze mois, quelque soit la durée légale de droits acquise. Une demande qui n’a pu être satisfaite par l’Etat, au risque de créer une jurisprudence. C’est donc une « sécurisation financière » qui est proposée. Ainsi, chaque salarié bénéficiera de son allocation chômage légale et « on leur garantit, s’ils s’engagent dans une formation, douze mois de prise en charge financière », ajoute Anne-Gaëlle Baudoin-Clerc.

« L’objectif, ce n’est pas qu’ils passent douze mois au chômage, mais qu’ils retrouvent un emploi. Je me considère comme personnellement engagée vis-à-vis d’eux », explique la préfète des Hautes-Pyrénées.

Des dispositions « cousu main pour les salariés », qui semblent avoir trouvé un écho positif auprès de la délégation de salariés et de syndicat reçue ce mercredi par la représentante de l’Etat. Les salariés ont rendez-vous ce jeudi matin pour valider l’accord mis sur la table par la Préfète. Puis dans un mois, pour le premier rendez-vous d’une commission de suivi sur les engagements pris par l’Etat.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>