Dernière session au Conseil Général des Hautes-Pyrénées avant les élections des 22 et 29 mars 2015 (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Dernière session au Conseil Général des Hautes-Pyrénées avant les élections des 22 et 29 mars 2015 (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

L’actualité locale aura rattrapé les élus du Conseil Général des Hautes-Pyrénées, réunis ce vendredi 6 mars 2015 pour une dernière session avant la réforme territoriale. Les 22 et 29 mars prochain, les électeurs éliront un binôme dans chacun des dix-sept nouveaux cantons des Hautes-Pyrénées dans un Conseil Départemental aux nouvelles compétences.

Une session qui a débuté par la présence des salariés de Cegelec et Eiffage Energies de Tarbes et de l’agglomération. Dans ces deux entreprises, 71 emplois seront supprimés dans les prochains jours. Les salariés sont venus demander au Président du Conseil Général et aux élus locaux d’organiser une table ronde avec Alstom et Vinci pour sauver leurs emplois et leur avenir ; une demande déjà formulée, sans succès, à la Préfète des Hautes-Pyrénées. Michel Pélieu s’est alors engagé à saisir la représentante de l’Etat sur ce sujet, et faire voter une motion de soutien aux salariés en lutte.

Une actualité locale marquée aussi par les coulées de boue et les avalanches qui ont marqué les derniers jours du département, notamment avec l’écroulement de la route menant à Gazost. Là encore, le Conseil Général a montré toute son importance en activant ses services pour réparer au plus vite la voirie locale.

Mais c’est avec un sentiment étrange que les débats se sont menés. Le départ annoncé de 17 des 34 conseillers généraux sortants, la réforme territoriale faisant évoluer les compétences du Département, et des élections qui arrivent à grand pas.

«A ce stade, nous pouvons affirmer que le département sera demain la collectivité de toutes les solidarités, sociales et territoriales. Mais derrière ces termes prometteurs, se cachent encore beaucoup d’incertitudes sur la définition précise de nos compétences et encore davantage sur les moyens dont nous disposerons pour les mettre en œuvre », explique Michel Pélieu.

Les routes, les collèges et l’action sociale resteront dans un Conseil Départemental qui perdra sa clause générale de compétence. « Je continue à penser que la suppression de cette clause ne favorisera que le chacun chez soi alors que je crois précisément à la vertu des projets partagés (…). Finalement, je ne suis pas sûr que cette réforme sera vraiment perçue par les habitants comme une simplification. Et les régions qui vont déjà avoir à gérer leur fusion, devront ensuite démontrer leur capacité à faire mieux que nous », poursuit le Président du Conseil Général dans son discours d’introduction.

Avant d’entamer les débats sur le budget 2015 qui verra un maintien des taux d’imposition et un budget d’investissement de 64 millions d’euros, Michel Pélieu a rappelé que « c’est dans les territoires de proximité que se construisent les solidarités. »

« Ce n’est pas seulement une page qui se tourne, mais un livre qui se ferme. Une autre histoire reste à écrire avec les Conseillers Départementaux qui seront élus les 22 et 29 mars prochains et auront à cœur de démontrer qu’ils seront encore et toujours des acteurs majeurs de la vie de notre territoire. »

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>