Anne-Gaëlle Baudoin-Clerc, préfète des Hautes-Pyrénées, et Michel Pélieu, président du Conseil Général, ont présenté le dispositif Garantie Jeunes (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Anne-Gaëlle Baudoin-Clerc, préfète des Hautes-Pyrénées, et Michel Pélieu, président du Conseil Général, ont présenté le dispositif Garantie Jeunes (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Ils sont un million en France, 1 200 dans les Hautes-Pyrénées. Ce sont les jeunes de 18 à 25 ans, tous en marge de l’emploi et de l’éducation. Soutenus par aucun dispositif, souvent peu connus des structures sociales, ils ont quitté l’école sans trouver le chemin de l’emploi.

Après une expérience dans dix départements en France, l’Etat élargit sa Garantie Jeunes à 51 départements cette année, dont les Hautes-Pyrénées. Pour présenter ce nouveau dispositif, la Préfète des Hautes-Pyrénées était entourée du Président du Conseil Général et des représentants de la Mission locale et des services sociaux du Département. « Cette Garantie Jeunes est un dispositif destiné à favoriser le retour ou l’accès à l’emploi pour les 18-25 ans qui sont dans une situation difficile », explique Anne-Gaëlle Baudoin-Clerc, préfète des Hautes-Pyrénées.

Pour cet objectif, de nouveaux moyens seront mis à disposition de 260 jeunes des Hautes-Pyrénées. Moyens financiers de la part de l’Etat, moyens humains et sociaux pour le Conseil Général. « Pour nous, c’est un accompagnement technique à travers la Mission locale et les services de solidarité. La Mission locale accompagne chaque année 5 000 jeunes. Là, 260 jeunes seront ciblés dans un premier temps. Ce sera l’occasion de faire entrer des jeunes dans la vie active rapidement », ajoute Michel Pélieu, président du Conseil Général des Hautes-Pyrénées.

Concrètement, 260 jeunes seront donc repérés par les services sociaux pour intégrer ce dispositif. Cette année, les secteurs de l’agglomération tarbaise, du secteur de Lannemezan et de Bagnères-de-Bigorre seront privilégiés, avant un prochain élargissement du dispositif à l’ensemble du département. En difficultés sociales, familiales ou financières, ils s’engageront dans un contrat de douze mois avec la Mission locale pour suivre une série de rencontres et de formations. Toutes les étapes sont obligatoires ; un comité de suivi décidant de l’entrée, et de la sortie du dispositif. Une allocation équivalente au RSA sera versée aux jeunes s’engageant dans ce dispostifi ; une allocation cumulable avec un salaire (jusqu’au Smic), afin d’encourager l’arrivée dans le monde du travail.

Côté formations, quatre semaines d’accompagnement en petits groupes et des vérification hebdomadaire assureront le suivi du dispositif entre les travailleurs sociaux et les jeunes pris en charge.

« Dans les départements qui ont testé cette Garantie Jeunes, le taux de réussite dépasse les 80 %, avec un taux d’abandon faible. Si on vise le bon public au départ, ça peut marcher. C’est un enjeu d’accès à l’emploi, mais c’est aussi un enjeu de société », rappelle la Préfète des Hautes-Pyrénées.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>