Manifestation la semaine prochaine devant le centre hospitalier de Lourdes.

Manifestation la semaine prochaine devant le centre hospitalier de Lourdes.

A Tarbes, Lourdes, Lannemezan, Vic-en-Bigorre et Bagnères-de-Bigorre, la mobilisation se prépare. Les 29 et 30 mai 2015, des rassemblements sont prévus à Lourdes pour la défense du service public de la santé, et notamment les hôpitaux de proximité. Alors que les services de maternité et de réanimation de Lourdes sont menacés, que l’hôpital de Tarbes subit des baisses d’effectif et que l’hôpital de Lannemezan pourrait perdre son centre de périnatalité, salariés, fonctionnaires hospitaliers et usagers sont appelés à participer au rassemblement dans la cité mariale. A Lannemezan, le collectif de défense appelle à la mobilisation. Voici leur communiqué.

« Le bureau de l’association CODEHOPLAN (Collectif DEfense HOpitaux Publics LANnemezan) appelle ses adhérents, ses sympathisants, tous les usagers des hôpitaux de Lannemezan, les salariés, les élus du secteur  à participer aux actions unitaires des 29 et 30 mai à Lourdes pour la défense des hôpitaux de proximité.

Une réunion publique se tiendra le vendredi 29 mai 2015 à 20h30 au Palais des Congrès de Lourdes, avant un rassemblement et un défilé le samedi 30 mai 2015 à 10h30, depuis l’hôpital de Lourdes.

Dans notre département la situation est grave. La santé publique se dégrade fortement. La fermeture prochaine de la maternité et de la réanimation de Lourdes vont avoir des conséquences pour tout le département. Les futures mamans et les femmes en général vont devoir aller à Tarbes où l’hôpital est déjà en situation critique. Les lits de réanimation dans le département atteignent un seuil critique des malades sont envoyés à Auch.

A Lannemezan, le centre de périnatalité risque la fermeture faute de médecin gynécologue à la fin de l’année, les jeunes spécialistes, ne sont pas intéressés par ce type de structure, ils veulent accoucher et opérer.

Pourtant, les usagers payent de plus en plus cher pour se faire soigner de plus en plus loin de chez eux. Les élus locaux doivent réagir, leur place est avec la population. Les restrictions budgétaires ça suffit !

Nous voulons une loi de santé publique abrogeant la loi Hôpital, Patient, santé, territoire ; abrogeant la tarification à l’acte qui ruine le secteur public ; fixant des règles pour l’installation des médecins libéraux et hospitaliers ; obligeant les hôpitaux publics à pratiquer le tiers payant ; instaurant des règles justes pour le financement de la protection sociale pour tous ; mettant en place une vraie démocratie sanitaire ; annulant les dettes des hôpitaux dues à des emprunts toxiques.

Enfin, nous voulons le maintien et développement des hôpitaux de proximité avec des services d’urgence et des maternités à 30 minutes des malades. Nous voulons comme en 1945 à la création de la sécurité sociale « Cotiser selon nos moyens et recevoir selon nos besoins ». »

Pyrénéesinfo.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>