Si les taxes locales ne bougeront pas au Grand Tarbes, la taxe des ordures ménagères va grimper ! (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Si les taxes locales ne bougeront pas au Grand Tarbes, la taxe des ordures ménagères va grimper ! (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Il a été question d’argent mais pas (trop) de hausse d’impôts lors de la dernière séance du conseil communautaire du Grand Tarbes. En attendant la fusion avec les six autres intercommunalités (dont Ossun et Lourdes), les grands dossiers sont rares dans l’agglomération du Grand Tarbes. Mais pour autant, les taxes d’impôts locaux ont été votés dans une grande stabilité pour cette année 2016. CFE, taxe foncière et taxe d’habitation resteront stables pour la part communautaire… mais les habitants verront tout de même une taxe bondir fortement cette année : la taxe d’enlèvement d’ordures ménagères. Car l’exportation des déchets vers les départements limitrophes a une conséquence directe : une facture de 1,2 millions d’euros à payer pour tous les contribuables des Hautes-Pyrénées. Et par l’intermédiaire du Symat, les contribuables du Grand Tarbes verront leur taxe monter de 6 % en 2006 (pour un surcoût total de 8%). Ce sont 550 000 euros de plus qui seront payés sur le seul territoire du Symat.

Côté débat, pas de grande déclaration. Quelques remarques sur le travail réalisé par les écoles autour du Développement durable porté par la Mairie de Tarbes, mais qui n’ont pas fait reculer cette initiative qui plaît à des centaines d’enfants chaque année. Mais aussi sur le financement de la ligne aérienne Tarbes – Paris Orly qui coûtera encore près de 2 millions d’euros par an aux finances locales, avec une part croissante pour le Grand Tarbes, face au recul de la participation de la Mairie de Tarbes. Un transfert logique puisque le Grand Tarbes est chargé du développement économique du territoire.

Ce conseil a permis aux élus du Grand Tarbes de mettre l’accent sur les produits bio, avec le lancement d’un programme Bio pour tous développé avec la Biocoop 65, le Gab65 et le Secours Populaire, à destination des quartiers prioritaires du Grand Tarbes, pour 36 000 euros (dont 20 000 euros pour les finances communautaires).

Reste un long débat sur la Loi Travail, qui a divisé les conseillers socialistes, et failli réunir les élus Front de Gauche et Républicains autour d’un rejet de cette loi. Si Marie-Pierre Vieu dénonce les éléments mêmes de la loi qui sera proposée aux parlementaires, Gérard Trémège regrette le recul du Gouvernement sur le premier projet de loi. Mais tous les deux souhaitent le rejet du texte de loi actuel. Une position que ne partage pas Jean-Claude Palmade (« je ne suis pas sûr que le retrait de la loi soit la meilleure formule ») ou Jean-Christian Pedeboy (« tout n’est pas négatif dans cette loi ; attendons que le débat parlementaire ai eu lieu »). Malgré tout, le voeux porté par le Front de Gauche demandant au Gouvernement de retirer le projet de loi a été accepté avec 15 voix pour et 12 abstentions.

Le prochain rendez-vous des élus communautaires devrait être plus actif. Car le projet de nouvelle grande agglomération Tarbes Ossun Lourdes pourrait être à l’ordre du jour…

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>