Les élus du Grand Tarbes seront réunis ce jeudi soir en conseil communautaire (Pyrénéesinfo Archives, E.B.).

Les élus du Grand Tarbes seront réunis ce jeudi soir en conseil communautaire (Pyrénéesinfo Archives, E.B.).

Les réunions du conseil communautaire du Grand Tarbes sont rarement un long fleuve tranquille. Ce jeudi 11 février 2016, de nombreux dossiers devraient pourtant faire l’objet d’un concensus entre majorité et opposition.

Parmi les points évoqués par les élus communautaires, le renouvellement de deux conventions avec des structures tarbaises. A commencer par Crescendo, la couveuse et pépinière d’entreprise installée sur le site de l’Arsenal. Soutenue à hauteur de 180 000 euros par le Grand Tarbes, elle fait l’objet d’une convention d’objectifs afin de mesurer son efficacité au service du développement économique de l’agglomération. Ainsi, en 2015, Crescendo a reçu 123 porteurs de projets. Parmi eux, 74 sont hébergés au sein de Crescendo, 49 en couveuse et 15 en pépinière. Côté sortie du dispositif de soutien, Crescendo a participé à la création de 17 entreprises, soit vingt emplois créés dans l’agglomération tarbaise. Un petit pas non négligeable dans le contexte économique actuel. L’avenir se fera aussi autour des (nouvelles) technologies. Autour de Mêlée Adour et d’un label espéré FrenchTech, le Grand Tarbes souhaite créer un hôtel d’entreprises dédié au numérique.

Autre convention pluriannuelle, celle avec la Scène Nationale du Parvis, pour la période de trois ans, allant de 2016 à 2019. Une volonté d’accompagner le développement artistique de la Scène nationale à hauteur de 476 918 euros par an. Là encore, une convention d’objectifs doit permettre de mesurer l’empreinte du Parvis dans l’accès à la culture pour tous et le développement d’actions culturelles sur le territoire communautaire.

L’autre sujet sera sans doute la future grande agglomération. Car le dernier bureau communautaire du Grand Tarbes, réuni le jeudi 4 février 2016, a évoqué une feuille de route pour l’élaboration du projet à venir. Et même si les contours géographiques ne sont pas encore connus (avec ou sans le Pays de Lourdes ?), les maires de l’agglomération (à l’exception du maire de Tarbes, retenu par la venue de François Fillon à Tarbes) ont pu définir les cinq grandes thématiques qui mèneront les actions du Grand Tarbes dans les prochaines années. « On a essayé de construire le sommaire du projet de l’agglomération. Si le projet s’appuie sur le Scot, il est encore à construire. On attend la décision de la CDCI [la Commission qui valide les futures intercommunalités, NDLR] », explique Yannick Boubée, premier vice-président du Grand Tarbes. Ce dernier, écartant la problématique de la gouvernance, est sûr que les élus pourront bâtir un pré-projet dans les neuf mois qu’il reste avant la création effective de la nouvelle agglomération, avec de nouvelles compétences.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>