La Préfète s'est rendue dans les locaux de la Banque Alimentaire des Hautes-Pyrénées, à Orleix (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

La Préfète s’est rendue dans les locaux de la Banque Alimentaire des Hautes-Pyrénées, à Orleix (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

C’est sans doute là que l’on touche la réalité de la situation économique des Hautes-Pyrénées et de la France. A Orleix, la Banque Alimentaire des Hautes-Pyrénées recevait la visite de la Préfète des Hautes-Pyrénées, en début de semaine. Une visite importante tant le travail quotidien de cette structure associative est essentiel à la solidarité quotidienne de tout le département.

Cette visite préfectorale était l’occasion pour le président Patrick Berdal, et le vice-président Jean-Jacques Dard, de rappeler l’action de la Banque alimentaire, mais aussi ses besoins immédiats et futurs.

Avec 170 000 euros de budget de fonctionnement annuel, la Banque Alimentaire loue un local à Orleix qui s’avère trop souvent étroit pour répondre à toutes les demandes. Car à l’année, la Banque Alimentaire reçoit pour 2 millions d’euros de denrées. Un chiffre en progression, qui représente 600 tonnes de nourriture recueillies sur douze mois.

40 % proviennent des grandes surfaces de l’agglomération de Tarbes. Pour cela, quatre chauffeurs vont, chaque jour, récupérer 1 à 1,5 tonnes de nourriture fraîche qui devront être reconditionnés et renvoyés avant 13 heures auprès des trente associations de solidarité des Hautes-Pyrénées. Grâce à ce relais efficace, 3 400 personnes bénéficient d’une aide alimentaire chaque mois.

En plus des aides européennes pour 200 tonnes, la collecte annuelle du dernier week-end de novembre apporte une aide indispensable. Durant deux jours, ce sont 600 à 800 personnes qui se mobilisent sur 56 magasins pour récolter 76 tonnes de denrées alimentaires et de produits d’hygiène. Enfin, les collectes ponctuelles, réalisées par des associations comme les étudiants de l’Enit, ajoutent une part non négligeable à cette chaîne de solidarité.

Mais la Banque alimentaire manque de place et de bénévoles. Une centaine serait nécessaire pour faire tourner la structure au quotidien, 50 semaines par an. Actuellement, une soixantaine se relaient, une à deux demi-journées par semaine, pour assurer le travail, de la manutention aux fonctions supports comme la comptabilité, la logistique…

Côté murs, une solution a été évoquée avec la Préfète des Hautes-Pyrénées, qui a promis d’agir rapidement. Un local pourrait être acheté par la Banque Alimentaire pour bénéficier d’un lieu plus vaste, plus moderne et mieux équipé, notamment en chambres froides. Car des denrées supplémentaires pourraient être recueillis ; mais faute de place, elles ne peuvent pas être reçues. Pour cela, il faudra la solidarité des pouvoirs publics pour éviter que l’association ne s’endette trop lourdement.

Si chacun y prend sa part, la solidarité pourrait être au rendez-vous !

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Истёк срок регистрации доменаwwtunnel.com