Maryse Carrère et Michel Pélieu terminent leur campagne pour les élections Sénatoriales en Hautes-Pyrénées (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Maryse Carrère et Michel Pélieu terminent leur campagne pour les élections Sénatoriales en Hautes-Pyrénées (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Dernière ligne droite pour la candidate PRG aux élections Sénatoriales en Hautes-Pyrénées. Après trois mois de campagne auprès des élus du département, la maire de Lau-Balagnas n’est plus qu’à trois jours du choix des grands électeurs.

854 élus bigourdans vont choisir les deux sénateurs qui représenteront les Hautes-Pyrénées au Palais du Luxembourg. Et Maryse Carrère souhaite être la représentante d’un territoire qui a grand besoin d’échos à Paris pour ne pas perdre ses forces.

Dix engagements, et non dix promesses, ont marqué la campagne de celle qui veut prendre la succession de son suppléant, Michel Pélieu, et de François Fortassin au Sénat. Dix « raisons de voter pour nous » avec comme ligne directrice la préservation du territoire bigourdan et de ses particularités : la ruralité, la montagne et le maillage de petites et grandes communes qui font sa richesse. « Ce n’est pas le moment de retirer à nos citoyens ce dernier rempart de la solidarité », rappelle Maryse Carrère, alors que les dernières réformes territoriales ont déstabilisé les élus locaux et les habitants.

Pour cela, Maryse Carrère veut jouer collectif. « Je conçois cette candidature non comme individuelle à Paris, mais un collectif d’élus locaux qui seront aussi mon relais. Je serais aussi ce relais au niveau national pour les dossiers locaux.»

Parmi les relais locaux, Michel Pélieu sera un suppléant attentif. «Le choix de ne pas me représenter, c’est une façon de passer le flambeau à quelqu’un qui est en pleine maturité. Elle a été souvent en contact avec les maires dans mon cabinet. Elle a une connaissance parfaite du territoire », rappelle le président du Département des Hautes-Pyrénées.

Les premiers combats politiques porteront notamment sur la préservation des communes et de leurs moyens pour assurer une présence au plus près des habitants des élus. Mais aussi le maintien d’un département où les interrogations sont nombreuses. Comme un rapprochement entre les Hautes-Pyrénées et le Gers…

A l’heure des métropolisations à outrance, les élus des Hautes-Pyrénées devront savoir faire entendre la voix de la proximité et de la réalité d’un territoire.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>