Faute de quorum, la maire de Lourdes, Josette Bourdeu, n'a pas pu conduire son conseil municipal jusqu'au bout (Pyrénéesinfo Lourdes, Archives E.B.).

Faute de quorum, la maire de Lourdes, Josette Bourdeu, n’a pas pu conduire son conseil municipal jusqu’au bout (Pyrénéesinfo Lourdes, Archives E.B.).

La vie municipale lourdaise n’a jamais été un long fleuve tranquille, surtout les soirs de conseil municipal à l’Hôtel de Ville. Et la dernière séance n’a pas dérogé à la règle, ce mercredi 6 novembre 2018. Un « petit » conseil mais important, car il fallait nommer un nouvel adjoint et revoir quelques délibérations déjà évoquées.

Mais à l’heure d’ouvrir les débats – toujours animés – de ce nouveau conseil, les élus de l’opposition conduits par Jean-Pierre Artiganave étaient absents de la séance. Le quorum était donc juste… et précaire. A peine la séance ouverte par Josette Bourdeu, son ancienne co-listière décide de quitter le conseil, suivie par l’élu (ex-FN) Claude Heintz. A seize autour de la table, plus de quorum… et donc plus le droit de voter et délibérer. La séance a du être reportée par la maire de Lourdes. Qui devra reconvoquer d’ici la fin de la semaine un nouveau conseil municipal.

A l’issue de cette séance mouvementée, la maire de Lourdes, Josette Bourdeu, s’est exprimée par voie de communiqué de presse. Le voici en intégralité.

«Le conseil municipal prévu le mardi 6 novembre, à 20h30, n’a pu se dérouler après qu’une partie de l’opposition a décidé de quitter la séance. Le quorum n’étant plus atteint, j’ai été dans l’obligation de lever celle-ci. Je ne peux que regretter l’attitude de ces élus de l’opposition qui, présents en début de séance, n’ont d’autres ambitions que de bloquer le bon fonctionnement des instances de notre commune. C’est de l’obstruction volontaire, un manque flagrant du sens de leurs responsabilités et un manque de respect vis-à-vis des Lourdaises et des Lourdais qui leur ont apporté leur suffrage.
Comment peut-on en effet prétendre défendre les intérêts des Lourdaises et des Lourdais tout en esquivant le débat républicain et démocratique de la sorte ? C’est aussi, sous couvert d’un coup de basse politique, un manque de respect du conseil municipal lui-même par des personnes qui préfèrent se répandre à la une des journaux plutôt que dans le cadre légitime de notre assemblée.
Une attitude aussi peu exemplaire, et qui pourtant prétend l’être, ne peut que déprécier la fonction de l’élu et la perception qu’en ont les Lourdaises et les Lourdais.
C’est également faire le lit de tous les populismes et la promotion d’une extrême droite toujours aux aguets, malheureusement. Je ne pensais pas assister un jour au manège d’une ex-élue de la majorité, aux intérêts particuliers contrariés, qui, pour arriver à ses fins, n’a eu aucun scrupule à s’associer à un élu du Front national pour, en quittant ensemble la salle, faire volontairement capoter le conseil municipal.
Pour ma part, les Lourdaises et les Lourdais peuvent compter sur la détermination de mon équipe pour, dans un attachement aux valeurs démocratiques qui sont les nôtres et un profond respect de nos institutions, poursuivre une action municipale uniquement dictée par l’intérêt général et la défense du bien commun. Notre ville mérite mieux que ces incessantes manœuvres purement politiciennes.»

Pyrénéesinfo Lourdes, Eric BENTAHAR.


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>