Autour de Gérard Trémège, les candidats de la liste Dominique Reynié en Hautes-Pyrénées (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Autour de Gérard Trémège, les candidats de la liste Dominique Reynié en Hautes-Pyrénées (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Arrivés en troisième position lors du premier tour des élections Régionales 2015 avec 18,84 %, la liste conduite par Dominique Reynié (Les Républicains UDI Modem) sera présente dimanche prochain dans le choix des électeurs. En Hautes-Pyrénées, la liste de droite a fait légèrement mieux avec 19,05% des voix exprimées. Et pour la tête de liste départementale, Gérard Trémège, comme ses collègues des douze autres départements, le choix de se maintenir a été rapidement pris. « Une élection, ce n’est pas rien. C’est pas un jeu politique, c’est l’exercice d’une liberté fondamentale : voter et s’exprimer. Aujourd’hui, cette liberté a été confisquée à certains électeurs. C’est la démocratie qui est bafouée », explique Gérard Trémège.

Malgré un retard important dans les urnes, la liste Hautes-Pyrénées de Dominique Reynié veut mener la campagne jusqu’au bout. « Il est nécessaire qu’il y ait au moins un Tarbais au sein du Conseil Régional qui puisse défendre les projets de la ville préfecture. »

Sur les tables des bureaux de vote, la liste restera la même pour le second tour. « Ces arrangements d’entre deux tours jettent le discrédit sur la vie politique. Quand on voit le président de la Chambre d’Agriculture [Jean-Louis Cazaubon, NDLR] qui n’a eu de cesse de se battre contre les écologistes, et qui accepte de se retrouver au côté d’Europe Ecologie Les Verts. Quand on voit Viviane Artigalas, alors qu’elle a fait le job, se retrouver cinquième sur la liste pour des raisons purement politique… Tout cela fait du mal à la politique. Les électeurs en ont marre des magouilles entre copains. »

Car, pour Gérard Trémège, les vieilles habitudes politiques participent à la croissance de l’électorat du Front National. Sans oublier les inquiétudes liées à la montée du chômage, à l’absence de croissance économique… « Et pendant ce temps là, le gouvernement fait de l’auto-satisfaction en oubliant les difficultés des Français au quotidien. »

C’est donc en alternative à la liste socialiste et à celle du Front National que Gérard Trémège se positionne, mobilisant autant l’électorat naturel de la droite que les abstentionnistes, qui étaient près de 50% au premier tour. « Nos voix sont crédibles, basées sur de l’expérience et la défense de notre département », conclut Gérard Trémège.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>