Six artistes sont réunis à la mairie de Séméac pour trois semaines d'exposition.

Six artistes sont réunis à la mairie de Séméac pour trois semaines d’exposition.

Pour la troisième fois les salles de la mairie de Séméac vont abriter, du 25 mai au 14 juin 2013, la biennale ARTICIM’ qui regroupe cette année six artistes de renom, peintres et sculpteurs qui nous viennent de divers pays d’Europe et dont les créations donneront à ce Salon une richesse toute particulière.

Quatre peintres d’abord. Andrzej Umiastowski qui arrive de Pologne, une Pologne incroyablement présente dans ses tableaux à l’huile puisque ses personnages, qui demeurent son vrai sujet, évoluent dans des paysages de rivières ou de lacs gelés bordés de forêts de bouleaux denses et mystérieuses, celles de sa Cachoubie natale. L’aquarelliste Marijke WIiedijk-Gerdes nous vient de Belgique mais elle est née aux Pays-Bas, un pays où l’on s’est longtemps battu pour gagner des terres sur la mer. Cette artiste a décidé de jouer avec l’eau et de l’associer à des pigments pour représenter la ville, à l’aube ou au crépuscule : ce jeu, est devenu pour elle une véritable passion. Un couple enfin, dans la vie comme à l’atelier, Viktoria et Slawa Prischedko, deux aquarellistes qui arrivent d’Allemagne. Viktoria, d’origine moldave, Slawa d’origine ukrainienne : elle, toute tournée vers les réalités urbaines où l’humain demeure cependant bien présent ; lui, intéressé par la figure féminine réalise des portraits qui, aux yeux de certains, évoquent l’univers de la Renaissance italienne.

Quatre peintres mais aussi deux sculpteurs. Elisabeth Dupin-Sjöstedt qui se partage entre son Val-de-Marne natal et sa terre d’adoption, le Gerset Dominique Régnier qui dit être « né quelque part en 1951, et destiné à mourir ailleurs (sans doute)» et qui travaille actuellement dans le Lot. Ce qui frappe c’est que, tous deux, dans leurs créations, privilégient la figure humaine : elle, des personnages qu’elle crée à partir de la terre mais en y associant d’autres matériaux comme le tissu ou le bois ; lui , le nu féminin auquel il rend hommage par la pierre ou l’ébène.

Diversité des origines, des techniques, des matériaux, des thèmes abordés, des objectifs poursuivis, tout sera réuni pour ravir l’œil et le cœur des visiteurs qui, nous n’en doutons pas, seront, cette fois encore, fidèles au rendez-vous.

L’exposition dont l’entrée est libre, sera ouverte tous les jours de 14h30 à 19h, les dimanches de 10h à 12h et de 14h30 à 19h. Vernissage le vendredi 24 mai à 18h.

Pour compléter l’exposition un stage d’aquarelle de 2 jours est organisé avec Viktoria et Slawa Prishedko enfin, pour clôturer, une démonstration  publique sera effectuée par Marijke Wiedijk-Gerdes le vendredi 14 juin à 15 h salle du FAPS

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>