Avec Marion Constance, le voyage artistique ne fait que commencer…

Le 17 novembre 2010, nous avons commencé à dresser le portrait non exhaustif de Marion Constance tout en faisant allusion à « un rendez-vous inédit au niveau régional et désormais imminent ». Avant de vous révéler le contenu précis de ce rendez-vous, nous vous proposons de poursuivre notre voyage placé sous le signe de l’art, riche en rencontres, au côté de cette aquarelliste coloriste d’origine séméacaise. Laquelle n’a décidément pas fini de nous surprendre.

Il est vrai que Marion Constance, en recherche perpétuelle de nouveaux coloris, a le don de souffler un vent nouveau sur cette technique picturale qu’est l’aquarelle en lui insufflant une dimension contemporaine et narrative. En pleine évolution depuis trois ans, cette artiste peintre de talent ne cesse d’enrichir son travail de nouvelles techniques et de nourrir son art au contact d’artistes à la renommée locale, nationale et internationale.

Pour avoir suivi de près ou de loin son travail au cours de ces quatre dernières années, il faut reconnaître que l’on commence à être habitué à cette explosion de créativité et d’inventivité de la part de Marion Constance. Des exemples précis ? On se souvient en particulier d’une exposition où le réalisme saisissant de ces aquarelles était enrichi par une mise en lumière d’objets du quotidien (tasses, montres, etc.) décorée par la plume de l’artiste séméacaise. Difficile également de ne pas se souvenir de son inspiration puisée au contact de la population mexicaine et dont le témoignage a été rapporté par une série d’aquarelles à l’encre de chine.

Notre inventaire à la Prévert ne serait pas complet si nous oublions d’évoquer l’intérêt prononcé que porte Marion Constance pour l’individu, l’Humain au plus près de ses expressions et de sa richesse intérieure. Une sorte de leitmotiv qui relie nombre de ses aquarelles et illustré de multiples façons. A commencer par la récente création intitulée « pOse café ». Une série d’œuvres dont la technique picturale inédite et originale consiste à habiller savoureusement des nus féminins et masculins de teintes différenciées selon la provenance du thé et du café utilisés associée à la sensibilité de l’artiste.

Avide de rencontres et de voyages qui enrichissent et renouvellent sa pratique artistique, Marion Constance a ouvert depuis quelques mois à Tarbes « Quatu’art », un espace d’exposition partagé avec trois autres artistes : l’aquarelliste Rachel Vuillecard-Arcé et les sculpteurs Ghislaine Boudou et Carlos Miranda. Et s’inscrivant dans cette relation de proximité avec le public, qu’elle cultive avec passion, Marion Constance intervient ponctuellement à la maison d’arrêt de Tarbes en qualité de professeur d’arts plastiques. En parallèle, dans une démarche de transmission et d’ouverture aux autres, Marion a ouvert en 2006 l’école de peinture Esquisse, rue Ronsard à Séméac. Une école qui rassemble de nombreux élèves talentueux, lesquels s’associeront dans quelques jours avec des artistes internationaux pour vous proposer une rencontre artistique d’un nouveau genre à l’échelle régionale…

Tarbesinfo, Rémy Trouches.

+ d’infos sur http://constance.guidarts.com.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>