Débat d'orientations budgétaires pour les élus du conseil municipal de Tarbes (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Débat d’orientations budgétaires pour les élus du conseil municipal de Tarbes (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Dans un contexte de campagne électorale, le débat d’orientations budgétaires aurait pu être bien plus agité. Mais le maire de Tarbes, Gérard Trémège, a fait le choix de présenter un budget de rigueur, dans un contexte de baisses importantes des dotations de l’Etat, auxquelles s’ajoutent de dépenses de fonctionnement en nette hausse. Un croisement des lignes budgétaires qui n’empêchera pas les investissements sur l’année 2014.

« Ces orientations budgétaires sont en phase avec le contexte économique et financier d’ensemble, basées sur la maîtrise de la fiscalité, la diminution de la dette et les nouveaux investissements », explique en préambule Gérard Trémège. Une maîtrise des coûts face à une baisse des aides de l’Etat de près de 700 000 euros en 2014. Un effort qui devrait être encore plus important en 2015. « La France s’enlise toujours dans la crise économique, avec des fondamentaux en dégradation, et des signes de reprise de la croissance qui se font toujours attendre», explique le maire de Tarbes.

Face à cela, la mairie de Tarbes devra faire face à des dépenses nouvelles, avec la réforme des rythmes scolaires à mettre en place dès la rentrée de septembre 2014. Elle coûtera 250 000 euros aux finances locales pour les quatre derniers mois de l’année ; 750 000 euros en année pleine. A cela s’ajouteront une masse salariale en hausse de 490 000 euros (alors que les effectifs devraient diminuer à la faveur des départs en retraite), et une facture énergétique en hausse de 250 000 euros.

Rigueur certes, mais les Tarbais ne seront pas mis à contribution. Pour la deuxième année consécutive, les taux d’impositions (pour la part municipale) ne seront pas augmentées en 2014. Seules les bases (décidées par l’Etat) permettront de faire progresser les recettes fiscales de la ville.

Côté investissement, 12 à 13 millions d’euros permettront de poursuivre la rénovation des bâtiments et lieux publics de la ville de Tarbes, comme la 3e phase de la place Marcadieu, les rues Languedoc / Cerdagne / Azereix / Georges-Lassalles, ou la rénovation du stade Maurice-Trélut et du gymnase de la plaine Valmy.

Les subventions aux associations devraient baisser globalement de 2%, tandis que le budget alloué au CCAS sera maintenu sur son niveau de 2013. Le budget Education et Jeunesse sera lui en hausse, à la faveur de la réforme des rythmes scolaires en septembre.

La dette de la ville de Tarbes devrait stagner ou évoluer légèrement à la baisse. Elle se situera à 67 684 104,47 euros à la fin de l’année 2013.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Dans un prochain article, les déclarations et réactions autour du débat d’orientations budgétaires.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>