Depuis le début de la crise, en 2009 et 2010, les plans sociaux se sont multipliés dans les entreprises sur les Hautes-Pyrénées. La semaine dernière les salariés de la SAGEM ont manifesté leurs inquiétudes après l’annonce du projet de vente du site de Tarbes au groupe Alcen. Le devenir de plus de 50 emplois est ainsi posé. Les questions concernant la place de l’industrie dans notre département est au cœur du débat politique et social. Au total, sous les effets de la crise, il a été supprimé entre 1 300 et 1 500 emplois industriels dans le département. Cela vient s’ajouter aux réductions d’emplois publics dans les hôpitaux, dans l’éducation nationale, à la SNCF, à La Poste… comme dans l’ensemble de la fonction publique.

Dans ce contexte les militants et les élus communistes des Hautes-Pyrénées ont créé toutes les conditions des mobilisations citoyennes et des salariés, pour s’opposer aux plans sociaux et pour des solutions qui ont pour but de maintenir et développer l’emploi et l’activité industrielle.

Face à l’urgence sociale et économique, le Parti communiste français a pris l’initiative d’une carte pétition, qui est à la disposition des acteurs syndicaux, associatifs, partis politiques, des citoyens, des salariés pour exiger la tenue d’une table ronde initiée par le Préfet des Hautes-Pyrénées afin d’obtenir : un moratoire des plans sociaux ; donner aux comités d’entreprises les moyens de mettre en place des solutions alternatives pour maintenir, développer l’emploi et l’activité ; un plan de renouveau industriel du département. Une délégation d’élus et de militants communistes ont remis plusieurs centaines de cartes pétitions au Préfet des Hautes-Pyrénées le mercredi 13 octobre 2010.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>