Le maire de Tarbes, Gérard Trémège, a décidé de ne pas faire appel de la décision du tribunal administratif sur le réseau Chaleur Bois (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Le maire de Tarbes, Gérard Trémège, a décidé de ne pas faire appel de la décision du tribunal administratif sur le réseau Chaleur Bois (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Après deux années de travail sur le dossier, les services de la mairie de Tarbes viennent d’apprendre la fin (provisoire ?) du projet de Réseau Chaleur Bois sur la ville de Tarbes. Lundi 23 décembre, le tribunal administratif de Pau a annulé la décision du conseil municipal du 31 octobre 2013 confiant la délégation de service publique à la société Dalkia. En cause ? Une modification du financement du projet intervenue après la date limite. Son concurrent évincé, GDF Suez Energies Nouvelles a porté réclamation devant le tribunal administratif de Pau qui a accepté la demande.

Informé ce mardi matin, le maire de Tarbes n’a pas reçu la décision comme un cadeau. Mais Gérard Trémège a décidé de ne pas faire appel de la décision. « Je le regrette pour les 25 millions d’euros investissements à réaliser, pour les entreprises qui devaient travailler sur les 80 000 heures de chantier (dont 4 000 heures pour l’insertion à l’emploi), pour les forestiers avec les 25 000 tonnes de bois local valorisés compris dans ce projet, et pour les 30 emplois potentiels qui devaient être créés. Mais il est aujourd’hui impossible de relancer le projet à ce stade, sachant que Dalkia et GDF Suez connaissent les offres de leurs concurrents », explique le maire de Tarbes.

Au départ, quatre entreprises avaient répondu à l’appel à la concurrence lancé le 7 août 2012 par la mairie de Tarbes pour la construction d’un réseau chaleur bois sur la ville. Il devait produire 16 MégaWatt de puissance pour alimenter l’hôpital, les lycées, la clinique, les casernes et des particuliers tarbais. Trois entreprises avaient déposé une offre devant la commission municipale, mais seules Dalkia et GDF Suez Energies Nouvelles avaient proposé un projet en adéquation avec le cahier des charges.

Les offres définitives devant être déposées avant le 2 août 2013, c’est après cette date que le projet de Dalkia, associé avec SDV 41, a été modifié dans son montage financier. « Mais en aucun cas les solutions techniques sur lesquelles nous nous sommes appuyés pour faire notre choix », ajoute Gérard Trémège.

Mais le tribunal administratif de Pau a conclu que ce changement modifié l’offre proposée par Dalkia, et a annulé la décision du conseil municipal de Tarbes du 31 octobre 2013. Ainsi, le travail de consultation doit reprendre sur les offres proposées.

Mais le maire de Tarbes a choisi de dire stop. Pour l’heure, la création d’un Réseau Chaleur Bois sur la ville de Tarbes est repoussée sine die. Peut-être sous une autre mandature, sûrement sous une autre forme… Le temps de voir si les économies d’énergie d’aujourd’hui (15 à 20 % en moins) seront celles de demain, au vu d’un prix du gaz annoncé en baisse sur les prochaines années.

Pour l’heure, les bûches resteront sur la table ou dans la cheminée. Et il faudra attendre pour passer à une énergie propre pour se chauffer…

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>