Marie-Claire Riou (au centre), directrice de la Scène Nationale du Parvis, à l'occasion de la présentation de la Collection d'Hiver 2012 (Tarbesinfo Tarbes, Images).

Peut-on faire un festival voué aux artistes féminines sans tomber dans le militantisme féministe ? Oui, selon Marie-Claire Riou, la directrice de la Scène Nationale du Parvis de Tarbes Ibos à l’occasion de la session 2012 de la Collection d’Hiver. Cet espace pointu de créations artistiques va s’ouvrir aux talents féminins à l’occasion de ces soirées cinéma, art contemporain et spectacles du 6 au 19 janvier 2012.

Gisèle Vienne et Angelica Liddell seront notamment à l’honneur de ce rendez-vous placé sous le thème de « La prochaine vague ». « Après la Monstruosité l’an passé, on a voulu rassembler des artistes femmes car elles ont peu de visibilité dans les médias. Les artistes femmes ne sont pas meilleures que les hommes, ce sont des artistes. On ne veut pas s’amuser à faire des quotas dans notre programmation ! Mais les œuvres présentées dans le cadre de la Collection d’Hiver n’auraient pas pu être faites par des hommes », explique Marie-Claire Riou.

Ainsi de Gisèle Vienne que les adeptes du Parvis connaissent bien pour avoir déjà découvert Jerk. « C’est une artiste qui va diviser le public », prévient la directrice du Parvis. « Mais c’est une œuvre accessible à tous », tempère l’artiste. « C’est une question d’intérêt. On ne cherche pas à provoquer mais à toucher le spectateur. On créé un mouvement vers mille réactions possibles. Jerk permet de s’interroger sur l’attrait du public vers les serial killers. » Une pièce ovni qui permettra de redécouvrir sur scène Jonathan Capdevielle, originaire de Tarbes.

Gisèle Vienne exposera également dans l’espace d’art contemporain du Parvis aux côtés de deux autres artistes, Vidya Gastaldon et Jean-Luc Verna. Une structuration autour de trois univers différents mais complémentaires, où planeront des êtres désincarnés.

Angelica Liddell proposera également une œuvre unique. Cette Espagnole a pu créer ce spectacle grâce à la co-production avec le Parvis. Le mal et l’enfance maltraitée dans un spectacle de trois heures composé comme un abécédaire où la dramaturgie monte tout au long de la représentation.

Les femmes vont également se décliner au fil des séances avec trente-six projections du vendredi 13 au dimanche 15 janvier 2012. Un « mini festival » au cœur de la Collection d’Hiver où Agnès Varda et Catherine Breillat croiseront Lynne Ramsay et son I we need to talk about Kevin.

Tarbesinfo, Eric BENTAHAR.

Retrouvez prochainement la programmation complète de la Collection d’Hiver 2012 du Parvis sur notre site.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>