L'associatio Solidarité avec les Gens du voyage organise une grande journée de rencontres à Vic-en-Bigorre (Tarbesinfo Images).

Porter un autre regard sur la vie des gens du voyage, c’est l’ambition de l’association tarbaise Solidarité avec les gens du voyage 65. Ce mercredi 13 octobre 2010, dans le cadre de la Semaine d’éducation et de lutte contre le racisme et les discriminations, ils vous donnent rendez-vous à Vic-en-Bigorre. C’est dans la cité du Val d’adour que l’association organise « Citoyenneté Michto (super, ndlr) ! ». Sous titré « les gens du voyage sont nos voisins », les bénévoles et les gens du voyage présents tenteront de démontrer que leur intégration a été d’autant plus facile qu’ils sont français. « L’idée est de montrer des expériences positives comme l’auto construction, la formation professionnelle. Expliquer qu’ils travaillent, qu’ils veulent évoluer et s’éloigner ainsi des discours récurrents. Ce sera aussi l’occasion d’expliquer la différence entre les Roms et les Gens du voyage », explique Jean-Claude Palmade, le président de l’association, qui se défend d’une initiative liée à l’actualité récente. Citoyenneté Michto est né bien avant les derniers évènements nationaux. « Mais ça tombe bien. On pourra rectifier les discours de stigmatisations de cette population. »

C’est pour cela que cette journée prendra des airs de fête avec, de 10 heures à 18 heures, une ambiance tsigane sur la place du Centre Multimédia de Vic-en-Bigorre. Des contes avec Tao, de la musique avec Les fils du vent, mais aussi des débats autour de films réalisés autour des gens du voyage dans notre département. Et notamment la projection du film de Tony Gatlif, Liberté, proposé à 18h30 pour trois euros (avec une séance supplémentaire le jeudi à 20h30). Un marché tsigane, des animations foraines et de la restauration complèteront le programme de cette journée.

Si l’association tarbaise a choisi d’installer sa caravane festive à Vic-en-Bigorre, c’est aussi parce que la communauté de communes de Vic-Montaner est exemplaire dans l’accueil des gens du voyage. Avec deux aires d’accueil gérées en partenariat avec la communauté de communes de Maubourguet, elle a permis à ces habitants du canton de trouver un lieu de vivre propre à leur culture. Avec autant d’obligations que de droits qu’un habitant classique. Aujourd’hui, le pays de Vic-en-Bigorre réfléchit à une évolution de l’accueil, à travers la vente de terrains constructibles pour les gens du voyage, autour de terrains familiaux ou l’habitat mixte. Cela permettra d’éviter les installations anarchiques et l’achat de terrains non constructibles. « Une réflexion au départ permet d’éviter les conflits », explique Pascal Paul, vice-président de la communauté de communes de Vic-Montaner. Une expérience identique est née sur l’agglomération tarbaise avec l’achat de terrains et prêt immobilier autour de l’auto construction qui permet à ces Français nomades d’évoluer vers une sédentarité sociale.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>