L'opposition de gauche s'interroge sur la DSP Réseau Chaleur Bois présentée en conseil municipal de Tarbes (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

L’opposition de gauche s’interroge sur la DSP Réseau Chaleur Bois présentée en conseil municipal de Tarbes (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Lors du dernier conseil municipal de Tarbes, les débats avaient été vifs sur le projet de Délégation de Service Public (DSP) à l’entreprise Dalkia pour l’élaboration du Réseau Chaleur Bois sur la ville de Tarbes. Le maire, Gérard Trémège, avait demandé un vote à l’unanimité pour accepter ce projet, menaçant sinon de le renvoyer après les élections municipales. Au final, il a été décalé à un conseil municipal extraordinaire qui se tiendra le 30 octobre prochain.

Après cette séance, l’opposition municipale a souhaité expliquer ses interrogations autour de ce projet. « Pourquoi cet activisme, cet acharnement pour faire passer cette DSP ? C’est la première fois en douze ans que M. Trémège souhaite voir l’opposition associée à une décision. Qu’est ce que ça cache ? », s’interroge Claude Gaits, conseiller municipal PRG de Tarbes. « Où est le loup ? », complète Marie-Pierre Vieu.

Car pour la conseillère municipale PCF (et tête de liste Front de Gauche aux Municipales à Tarbes), ce dossier pose de nombreuses interrogations. « L’idée d’une chaufferie bois nous paraît une bonne idée, mais avec toutes les questions qu’on se pose. Nous sommes inquiets sur l’absence de transparence autour de cette DSP. Et on refuse le chantage à l’unanimité », explique Marie-Pierre Vieu.

Et de s’interroger d’abord sur l’aspect financier. « Il faut border les choses pour être sûr que cette énergie verte ne coûte pas plus cher qu’elle ne va rapporter dans vingt sept ans. Il serait aussi utile de se reposer la pertinence d’un tel projet au vu du contexte financier national. » Sur le budget global du projet, 8,5 millions d’euros de subventions sont prévues.

L’opposition municipale s’interroge aussi sur cette commission du 11 septembre dernier, qui a été annulée. « Il a manqué une réunion pour valider la DSP et confirmer le choix de Dalkia. Elle a été annulée. D’autant qu’entre la commission du 28 août et le conseil municipal, le mode de financement de Dalkia a évolué », explique Marie-Pierre Vieu, tout en signalant qu’un avis d’attribution a été publié sur un site d’annonces légales le 1er octobre… le lendemain du conseil municipal qui n’a pas délibéré sur ce sujet.

Quant au choix du terrain qui doit accueillir le centre de production de chaleur, l’opposition affirme que le centre hospitalier de Tarbes n’a pas donné son accord sur la vente du site. « Il n’y a pas eu de délibération du conseil de surveillance de l’hôpital de Tarbes pour donner le terrain. Nous devons nous assurer aussi qu’il ne soit pas en zone inondable. »

Autant de questions qui seront posées lors de la séance exceptionnelle du conseil municipal de Tarbes autour de cette DSP.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

1 Commentaire

  1. Pourquoi la population n’est pas concernée pour un projet si consequent ??
    Serait-il pas normal de la concerter ?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>