Les Faits divers, sur Tarbesinfo (DR).

Le médecin urgentiste attend désormais la décision de justice pour connaître son avenir immédiat. Déjà, le docteur Nicolas Bonnemaison n’a plus le droit d’exercer son métier, ni de rencontrer le personnel du Centre hospitalier de la Côte Basque à Bayonne, et encore moins d’entrer en contact avec les familles des quatre personnes décédées. Il est soupçonné d’avoir mis fin à leurs jours, alors qu’elles étaient hospitalisées dans un état grave.

Parmi les quatre victimes présumées, l’une d’entre elles serait originaire des Hautes-Pyrénées. Selon nos confrères du Parisien, les proches de Catherine-Elisabeth D. habitent Tarbes. C’est la femme de 92 ans, décédée le 3 août dernier, à l’origine de l’affaire. Selon une source proche de l’affaire citée par nos confrères, les proches auraient indiqué ne pas vouloir engager de poursuites. Ils devraient être entendus par les enquêteurs.

Tarbesinfo, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>