L'équipe du Nouveau Centre des Hautes-Pyrénées autour d'Hervé Morin et Dominique Lidar (Tarbesinfo Images, DR).

«Les sénateurs centristes ont fait adopter un amendement pour que soit engagée une réflexion sur un régime universel par points avant 2013. Enfin ! Il était temps d’ouvrir la porte pour  sortir d’un débat de circonstance et mal mené, c’est le moins qu’on puisse dire, et de jeter les bases d’une vraie refonte de notre système de retraite. Nous l’avons déjà dit, ici même, la réforme en cours n’est pas une vraie réforme, elle ne vise qu’à rétablir les équilibres financiers pour une durée limitée en se contentant de modifier deux paramètres clefs, l’âge du départ à la retraite et l’âge de la retraite à taux plein quelle que soit la durée de cotisation. Compte tenu des hypothèses de croissance retenues, dans la configuration actuelle, même modifiée, le problème des équilibres se posera à nouveau dès 2018. Si ce n’est avant !

Si nous voulons mettre fin au profond sentiment d’injustice engendré par cette pseudo réforme et  qu’on aurait grandement tort de sous estimer, même si certains auront plaisir à se glorifier d’être restés droits dans leurs bottes, il faut en revenir aux principes fondamentaux posés en leur temps par le Conseil National de la Résistance.

Nous le disons depuis longtemps, il ne peut pas y avoir de vraie réforme si ces principes fondamentaux, de justice, de responsabilité, de transparence, et d’unité ne sont pas au cœur de tout processus de réforme.

C’est pourquoi ce nouveau système que nous appelons de nos vœux devra se traduire par des taux de cotisation, des durées et des prestations identiques pour tous. C’est pourquoi il faudra nécessairement que disparaissent les 18 régimes spéciaux encore existants. C’est pourquoi sa gestion devra être confiée aux partenaires sociaux. C’est à eux qu’il appartiendra en effet de déterminer la valeur d’achat des points et leur valeur liquidative. C’est par ce biais que l’équilibre financier du système deviendra pérenne et c’est pour cette raison qu’il ne peut être géré que de manière paritaire.

Maintenant, s’il faut 2 ans, 3 ans ou plus, pour en débattre, et s’il faut examiner plusieurs milliers d’amendements pour cela, tant mieux. C’est à cela que servent nos institutions représentatives. Ce ne sont ni des conseils d’administration, ni des chambres d’enregistrement. Quand elles fonctionnent normalement, personne n’éprouve le besoin d’aller bloquer les écoles ou les raffineries, comme personne n’a envie de devoir affronter les casseurs. Et pour fonctionner normalement, aucune famille politique ne doit avoir la majorité à elle seule.»

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>