Monseigneur Brouwet, évêque du diocèse de Tarbes Lourdes, et le Dr Alessandro de Franciscis, président du Bureau des Constatations Médicales des Sanctuaires de Lourdes, lors de l'annonce du nouveau Miracle de Lourdes (Pyrénéesinfo Lourdes, Eric BENTAHAR).

Monseigneur Brouwet, évêque du diocèse de Tarbes Lourdes, et le Dr Alessandro de Franciscis, président du Bureau des Constatations Médicales des Sanctuaires de Lourdes, lors de l’annonce du nouveau Miracle de Lourdes (Pyrénéesinfo Lourdes, Eric BENTAHAR).

Le jour est symbolique aux Sanctuaires de Lourdes (Hautes-Pyrénées). En ce dimanche 11 février, le site marial célébrait le début de l’année jubilaire honorant le 160e anniversaire des Apparitions. Mais à l’heure de terminer la messe dans la Basilique, Monseigneur Brouwet a annoncé une bonne nouvelle aux fidèles : un 70e miracle venait d’être officiellement reconnu.

La guérison de Sœur Bernadette Moriau a été reconnue par l’évêque de Beauvais comme ayant un « caractère prodigieux-miraculeux ». Une guérison qui est « inexpliquée dans l’état actuel des connaissances scientifiques ».

Tout a commencé en 1966 pour Sœur Bernadette Moriau, alors sœur franciscaine et infirmière. A 27 ans, elle souffre de douleurs lombo-sciatiques. Rapidement, sa santé va se dégrader. «Quatre interventions chirurgicales et des traitements se succéderont sans bénéfice net. En 1975 elle ne peut plus exercer son métier d’infirmière. Des déficits neurologiques apparaissent en 1987, réduisant nettement son périmètre de marche. Les traitements médicaux se montrent quasi impuissants. Un neurostimulateur médullaire est mis en place en 1992 et elle doit débuter un traitement morphinique en 1994. Des troubles sphinctériens apparaissent dès 1998. Le corset rigide cervico-lombaire porté à partir de 1999 devient permanent. En 2005 son pied gauche se transforme en équin nécessitant une attelle», rappelle le rapport médical établi par le Bureau des Constatations Médicales des Sanctuaires de Lourdes.

C’est en juillet 2008, alors que Lourdes célèbre les 150 ans des Apparitions, que son médecin la convainc de participer au pèlerinage. « Elle n’est pas venue à Lourdes pour demander sa guérison », explique Monseigneur Brouwet, l’évêque de Tarbes et Lourdes. Quinze jours plus tard, alors qu’elle a regagné sa Communauté, sa vie va basculer. «Le 11 juillet 2008, alors qu’au même moment se déroule la Procession Eucharistique à Lourdes, elle est dans la Chapelle de sa Communauté pour une heure d’Adoration. Vers 17h45, elle revit, dans son cœur, un moment fort vécu dans la Basilique Saint-Pie X, lors de la bénédiction des malades avec le Saint Sacrement. C’est alors qu’elle ressent une sensation inhabituelle de relâchement et de chaleur dans tout son corps. Elle perçoit comme une voix intérieure qui lui demande d’enlever l’ensemble de ses appareils, corset et attelle. Elle constate alors que son pied est revenu dans sa position normale et qu’elle peut à nouveau le bouger. Tous les troubles sphinctériens disparaissent et elle interrompt le jour même tout traitement anti-douleur ainsi que le neurostimulateur médullaire», indique le rapport des médecins et de l’Eglise.

Sur la Télé de Lourdes et des Hautes-Pyrénées >> Pourquoi Soeur Bernadette Moriau est devenue le 70e Miracle de Lourdes.

Dix ans seront nécessaires pour reconnaître le caractère inexpliqué de cette guérison. Plusieurs réunions de médecins et de religieux seront organisés au fil des ans jusqu’à ce jour du 11 février 2018 où Lourdes connaît son 70e miracle, après ceux reconnus en 2012 et 2013.

« Nous avons 30 à 40 dossiers qui arrivent chaque année au Bureau des Constatations Médicales », rappelle l’évêque de Tarbes Lourdes. Mais les miracles sont rares. Monseigneur Brouwet y voit « des petits signes donnés aux croyants pour les assurer dans leur foi. »

Pyrénéesinfo Lourdes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>