Pour François-Xavier Brunet, l'avenir proche passera par une baisse des effectifs ou une fusion avec la Chambre des Métiers (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Pour François-Xavier Brunet, l’avenir proche passera par une baisse des effectifs ou une fusion avec la Chambre des Métiers (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

L’avenir des CCI s’assombrit après une nouvelle décision du Gouvernement de réduire leurs budgets. Les Chambres Consulaires tirent la principale part de leur budget de fonctionnement d’une taxe payée par les entreprises. Dans le Projet de Loi de Finance 2018 soumis aux votes des parlementaires, cette dotation devrait baisser de 17%. « Cela représente 500 000 euros pour la CCI de Tarbes et des Hautes-Pyrénées. En cinq ans, [la recette de cette taxe] a été baissée de 52% », explique François-Xavier Brunet, le président de la CCI de Tarbes et des Hautes-Pyrénées. « Nous sommes parmi les plus gros contributeurs publiques à l’effort budgétaire du Gouvernement. »

Les CCI ont pour mission d’accompagner les entreprises et les créateurs d’entreprises dans leurs démarches administratives et dans leur développement. Un appui économique vital dans une proximité demandée par le monde économique. Difficile d’avoir un soutien au quotidien si les Chambres Consulaires n’existent plus qu’à Toulouse, Bordeaux ou Montpellier…

« Les périls qui guettent nos CCI territoriales sont les mêmes qui guettent nos collectivités. Il faut que nous réfléchissions aux conséquences. Car sous couvent de modernité, on semble croire en l’efficacité suprême des grands ensembles pour faire des économies et avoir plus d’efficacité. Hors, les CCI ont besoin d’être au plus près de nos entreprises », ajoute François-Xavier Brunet.

L’horizon (économique) sombre aura deux conséquences : réduire une nouvelle fois les effectifs, et donc les activités de la CCI de Tarbes. Ou trouver de nouvelles modalités de fonctionnement. C’est sur cette deuxième option que penche la direction de la CCI de Tarbes.

« Il vaut mieux étudier les fusions horizontales qui peuvent être, elles, génératrices d’économies. » Et pour François-Xavier Brunet, l’opportunité offerte par la loi de fusionner la CCI et la Chambre des Métiers et de l’Artisanat est une chance d’être plus efficace pour les ressortissants. « Il y en a 10 000 à la CCI 65 et 5 000 à la CMA 65. Si on fusionne les deux, on en aura 11 000 ou 12 000 tellement il y a des doublons. Les CCI et CMA font le même métier, avec le même ministère de tutelle, avec le même financement », rappelle le président de la CCI 65.

Un avis qui ne semble pas partager par les équipes de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat des Hautes-Pyrénées. Mais François-Xavier Brunet veut dépasser les querelles de clocher pour préserver l’intérêt économique des entreprises du département. En attendant, un départ du siège historique de la CCI, sur le Boulevard Kennedy, est envisagé afin de réduire les coûts. La baisse des effectifs et des activités ne sont pas non plus écartés dans un avenir proche…

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>