De l’hôpital de Tarbes au Traité Européen, Marie-Pierre Vieu a fait sa rentrée politique (Pyrénéesinfo Tarbes, Archives Eric BENTAHAR).

Ce n’est pas parce que le gouvernement est désormais à gauche que la gauche a décidé de prendre le temps de se reposer après la longue séquence électorale du printemps. A peine a-t-elle pris de nouvelles responsabilités au sein du Parti Communiste et du Front de gauche que Marie-Pierre Vieu fait sa rentrée politique. Ce jeudi 27 septembre 2012, la conseillère municipale de Tarbes et conseillère régionale Midi-Pyrénées a choisi de poser clairement les différences entre la politique menée par François Hollande et les demandes du Front de gauche. « J’ai participé à la victoire de François Hollande, mais ce qui est en train d’être fait ne me convient pas », explique Marie-Pierre Vieu en préambule. Si l’élue de Tarbes note que les avancées sur le Smic, les retraites et les mesures fiscales restent faibles, elle dénonce le vote sur le Traité Constitutionnel Européen. « Il y a des contre-signaux ». Et d’annoncer des actions pour provoquer le débat et demander un référendum sur ce sujet. « Le Front de Gauche va se mettre en mouvement. Samedi, il y aura une manifestation en France et à Tarbes pour peser sur le débat parlementaire. Nous avons également interpelé, avec le conseiller général Jean Buron, l’ensemble des maires et des élus des Hautes-Pyrénées pour peser sur les parlementaires de notre département. »

L’emploi mobilise également l’élue locale, qui rappelle qu’un projet de loi avait été déposé par les parlementaires Front de Gauche en juin pour lutter contre les « licenciements boursiers ». « On a redéposé le projet de loi. Mais s’il avait été mis aux premières sessions de juillet, cette loi aurait donné des outils supplémentaires pour se battre contre les annonces de ces dernières semaines. C’est ce qu’on attend de la gauche ! » Le Front de gauche veut également renforcer les droits des salariés face aux représentants du patronat.

Clairement, Marie-Pierre Vieu veut positionner le Front de Gauche comme une force de proposition et de contestation de la politique de l’actuelle majorité comme de la précédente. « Manuel Valls n’est pas un électron libre. Il a une idée de ce qu’il veut faire du PS et de SA gauche. Ce qu’il fait sur les Roms, sous couvert de réalisme social, c’est une manière de sortir de l’identité de la gauche et de s’aligner sur les libéraux. »

Mais la conseillère municipale de Tarbes n’en oublie pas pour autant la politique locale. Et notamment le dossier de l’hôpital de Tarbes et Lourdes avec, là aussi, une position très claire. « On est en train de discuter les termes d’un plan régional de santé marqué par l’ancien gouvernement, et qui s’inscrit dans les restrictions de budget. Il faut qu’il y ait un coup d’arrêt. Mais on ne pourra pas sortir avec une situation tolérable si on ne revient pas sur la loi Bachelot », explique Marie-Pierre Vieu qui demande un gel des décisions de l’ARS, et qui refuse tout partenariat public-privé, mais aussi toute collaboration qui, in fine, pourrait se faire au détriment du service public.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>