La SNC Lavalin gère déjà en Midi-Pyrénées l'aéroport de Tarbes Lourdes Pyrénées (Pyrénéesinfo Tarbes Archives, Eric BENTAHAR).

La SNC Lavalin gère déjà en Midi-Pyrénées l’aéroport de Tarbes Lourdes Pyrénées (Pyrénéesinfo Tarbes Archives, Eric BENTAHAR).

La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) confirme SNC Lavalin dans son rôle d’exploitant de l’aérodrome de Toulouse-Francazal. Cette société est à la tête d’un groupement pressenti pour assurer la gestion de cet aérodrome. Il associe également, pour 49 %, l’Aéroport de Toulouse-Blagnac et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Toulouse.

Ce groupement est appelé à prendre prochainement en charge, pour une durée de 45 ans, l’exploitation complète de la partie aéronautique civile de l’ancienne Base Aérienne 101 gérée par l’Armée de l’Air jusqu’à décembre 2010. A cette date, en effet, la décision de reconvertir 175 ha de cette Base Aérienne en aérodrome sous affectation civile dévolu à l’aviation d’affaires, au soutien industriel, et au développement économique régional, a été prise par l’Etat, en liaison avec l’ensemble des collectivités territoriales concernées.

Les deux candidats qui avaient été présélectionnés dans le cadre de cette consultation ont présenté des projets extrêmement bien définis, porteurs de solutions innovantes et soucieux de l’intégration de l’aérodrome dans son environnement. L’aménagement des diverses zones d’activités du site a notamment pris en compte les exigences urbanistiques définies en collaboration avec les collectivités locales concernées.

Selon la commission d’appel d’offres de la DGAC, le groupement conduit par SNC Lavalin a présenté la meilleure offre en référence à plusieurs critères définis dans le règlement de consultation : insertion de l’aérodrome dans son environnement urbain et schéma de développement général, volume des investissements consacrés à l’aéronautique et à l’accueil d’entreprises, robustesse juridique et financière, et optimisation économique du point de vue de l’Etat. A noter qu’aucun vol régulier de passagers ni aucun vol charter ne sera programmé sur cet aérodrome, et qu’aucune subvention publique ne sera versée au groupement retenu.

Suite à cette décision, il reste à finaliser la convention de concession et à la soumettre à l’avis du Conseil d’Etat. Cette phase administrative et juridique attachée à la mise au point du contrat de délégation de service public et dont la conclusion est prévue mi-2013 s’articule pleinement avec l’autre procédure de consultation relative à la mise en vente, par les services de l’Etat, des 38 ha de terrains de l’ex BA 101 non encore affectés et à vocation économique.

Ainsi, la plate-forme aéronautique de Toulouse – Francazal est appelée à s’affirmer comme un nouveau pôle de développement économique de la métropole toulousaine, prioritairement tourné vers le secteur de l’aéronautique et promis à une évolution coordonnée avec l’aéroport régional de Toulouse-Blagnac en réponse à un objectif de développement durable.

Communiqué de la Préfecture de Midi-Pyrénées.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>