Francis Touya, adjoint au maire de Tarbes, s'inquiète de l'avenir des clubs sportifs tarbais et bigourdans (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Francis Touya, adjoint au maire de Tarbes, s’inquiète de l’avenir des clubs sportifs tarbais et bigourdans (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Emmanuel Macron aura-t-il la peau des petits clubs sportifs ? En en croire l’adjoint au maire de Tarbes en charge des sports, cela pourrait bientôt arriver. Car les différentes décisions d’économies prises par le Gouvernement auront de graves répercussions sur les petits et grands clubs sportifs.

« Le Ministère des Sports a 450 millions d’euros de budget, quand le PSG en a 500 millions », note Francis Touya. Une comparaison qui peut étonner, mais qui ne sont que la conséquence des différentes coupes budgétaires. Et Francis Touya de les énumérer : 1 600 postes de moins au Ministère, avec des conséquences sur le nombre d’éducateurs mis à disposition pour les sportifs de haut niveau et les fédérations ; un budget du CNDS qui fond à vu d’œil, passant de 260 à 133 millions entre 2017 et 2018 ; la taxe Buffet (5% sur les droits sportifs payés par les chaînes de télévision) dont l’Etat « par un hold-up inqualifiable » va prélever 50 % en 2018 ; et le nombre d’emplois aidés fortement réduits encore en 2019.

« Dans le budget du Sport qui baisse de 6%, on augmente la part pour le haut niveau. On va favoriser le haut niveau, parce qu’on a les Jeux Olympiques en 2024, au détriment des associations. On ne prépare pas l’avenir », ajoute l’adjoint au maire de Tarbes.

Et la crainte aujourd’hui des élus locaux est de voir les associations frapper à leurs portes… alors même que l’Etat baisse ses dotations de fonctionnement. Car, paradoxalement, le nombre d’enfants, d’adolescents, d’adultes et de seniors pratiquant du sport ne désemplit pas… Surtout quelques jours après la Fête Nationale du Sport mise en place par le Gouvernement.

Un paradoxe qui se transforme en prise de tête économique pour les associations locales. Comment proposer des activités physiques, former les futurs champions, assurer le lien sociale en ville comme dans le milieu rural, sans moyen, sans emploi aidé… et sans augmenter les cotisations…

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>